»
»
»
»
Consultation
Cotation du 19/03/2019 à 17h35 ArcelorMittal +1,86% 19,914€

ArcelorMittal chute, les perspectives 2019 inquiètent

ArcelorMittal chute, les perspectives 2019 inquiètent
ArcelorMittal chute, les perspectives 2019 inquiètent
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — En proie à des prises de bénéfices appuyées, ArcelorMittal concède de 4% à 20,42 euros ce jeudi en début d'après-midi. Si la teneur des résultats 2018 n'est pas en cause, les opérateurs optent pour la prudence après le beau rebond de l'action depuis le 1er janvier (+17%), tandis que des inquiétudes se font également jour sur l'évolution des marges en 2019 et le free cash-flow dans un contexte de chute des cours de l'acier et d'augmentation des investissements.

Meilleurs résultats depuis 10 ans

Sur le millésime 2018, ArcelorMittal est parvenu à faire progresser ses résultats avec un bénéfice net de 5,1 milliards de dollars, en hausse de 12,7%, pour un chiffre d'affaires de 76 Mds$. Le bénéfice opérationnel est ressorti à 6,53 Mds$ (+20,3%) et l'Ebitda atteint 10,3 Mds$ (+22,1%), globalement en phase avec les estimations du consensus. Il s'agit des meilleurs résultats du groupe sur une décennie.

Satisfecit également du côté du bilan. L'an dernier, premier sidérurgiste mondial a réduit son endettement à 10,2 Mds$, contre 10,5 Mds$ fin 2017. De quoi redonner quelques marges de manoeuvre sur les Capex. ArcelorMittal entend d'ailleurs porter ses investissements à 4,3 milliards cette année (dont 400 M$ transférés de 2018 à 2019) soit un milliard de plus que l'an dernier.

2019, une année en pointillé ?

S'agissant des perspectives, ArcelorMittal anticipe une légère hausse de la demande mondiale d'acier en 2019, dans la foulée d'une année 2018 caractérisée par de bonnes conditions de marché. Il estime également que ses expéditions d'acier devraient progresser, favorisées par une meilleure performance opérationnelle. Hors Chine, la croissance de la demande mondiale devrait se situer entre 2% à 3% après 2,1% l'an dernier, grâce à la stabilisation de la Turquie, a estimé ce jeudi le directeur financier du groupe, Aditya Mittal. Et la demande chinoise devrait baisser de -0,5 à 1,5%.

Les analystes sont cependant réservés sur l'évolution de la rentabilité, sachant que la surproduction mondiale et le ralentissement économique global engendreront des pressions sur les marges. UBS a abaissé ce jour son objectif de cours de 24 à 23 euros, confortant son avis "neutre" sur le dossier.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com