Cotation du 27/10/2021 à 23h20 Apple -0,31% 148,850$
  • AAPL - US0378331005
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Apple tombe en zone de correction !

Apple tombe en zone de correction !
Apple tombe en zone de correction !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les vents contraires qui frappent les marchés boursiers depuis un mois commencent à peser lourdement sur les grandes valeurs internet, à commencer par Apple, qui avait fortement progressé pendant la crise du coronavirus pour atteindre des valorisations jugées excessives par certains analystes.

Ainsi, Apple, qui reste première capitalisation boursière mondiale, a désormais perdu plus de 11% de sa valeur depuis début septembre, entrant ce lundi en zone de correction. Le cours de la firme à la pomme a ainsi cédé lundi 2,46% pour finir à 139,14$, portant son recul à 11,2% depuis son dernier record du 7 septembre à 156,69$.

Un recul supérieur à 10% est considéré comme une correction en Bourse, et en cas de chute de plus de 20%, le mouvement se transforme en véritable marché baissier ("bear market").

A noter que malgré son récent recul, le titre du géant américain des smartphones gagne encore 4,5% depuis le début 2021 et progresse d'environ 19% depuis un an.

Les valeurs de croissance sensibles à la hausse des taux

Plusieurs éléments pèsent sur le cours d'Apple et du secteur technologique en général, dont des valorisations élevées, une pénurie de composants, des problèmes de chaîne logistique liées à la crise sanitaire, ainsi que la remontée des taux d'intérêt.

Les analystes financiers valorisent les secteurs de croissance selon la méthode des flux de trésorerie actualisés (ou DCF pour "discounted cash flows"). La valeur d'une entreprise repose sur les flux de trésorerie qu'elle prévoit de générer déduction faite de son endettement financier. Or, si les prévisions de taux d'intérêts augmentent, la valeur de l'entreprise baisse et donc, son cours de Bourse également.

Les craintes d'inflation durable et les discours désormais un peu moins accommodants adoptés par les banques centrales ont entraîné ces dernières semaines une tension sur les taux d'intérêts, qui a affecté davantage les valeurs de croissance, à commencer par les "techs", que les valeurs cycliques.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !