»
»
»
»
Consultation
Cotation du 26/06/2019 à 18h57 Apple +2,55% 200,563$
  • AAPL - US0378331005
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Apple souffre sous l'épée de Damoclès de la Chine

Apple souffre sous l'épée de Damoclès de la Chine
Apple souffre sous l'épée de Damoclès de la Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'escalade de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine commence à faire craindre des retombées concrètes et désagréables pour un grand nombre d'entreprises américaines, dont Google (Alphabet) et les fabricants de semi-conducteurs, mais aussi pour Apple, qui fabrique actuellement la quasi-totalité de ses produits en Chine et réalise dans ce pays près d'un cinquième (19,5%) de son chiffre d'affaires global...

A Wall Street, le titre Apple a fini lundi en baisse de 3,13% à 183,09$, au plus bas depuis le 13 mars dernier. Le cours de Bourse de la firme à la pomme a désormais abandonné 20% depuis son dernier record historique d'octobre 2018, où il avait culminé à près de 230$.

La communauté financière craint que le fabricant de l'iPhone ne pâtisse de représailles, sous forme de boycott en Chine, suite à la signature, la semaine dernière par Donald Trump du décret anti-Huawei bannissant le groupe chinois des marchés américains. En outre, Huawei a été inscrit sur une liste noire, empêchant de facto les sociétés américaines de lui acheter, mais aussi de lui vendre des produits sans autorisation ministérielle... Ce bannissement, qui couvait déjà depuis des mois, menace d'envenimer encore les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, qui sont au point mort depuis le 10 mai.

La Chine, principal risque pour le fabricant de l'iPhone

Ce lundi, Google a fait savoir qu'il retirait sa licence Android à Huawei, deuxième fabricant mondial de smartphones derrière le sud-coréen Samsung et devant Apple, numéro trois du secteur. En Chine, Huawei est le numéro un des smartphones avec 34% des parts de marché, tandis qu'Apple n'est que 5ème avec 7,4%, selon les analystes d'HSBC.

HSBC, qui avait abaissé en décembre dernier sa recommandation sur l'action Apple, écrit dans une note publiée lundi que "la Chine, une des raison de notre abaissement de recommandation en décembre, reste un problème que nous ne voyons pas disparaître de sitôt". HSBC a révisé lundi à la baisse son objectif de cours sur la valeur à 174 dollars contre 180 dollars auparavant, alors que l'objectif médian à Wall Street est encore de 220$.

Les réseaux sociaux chinois bruissent de commentaires anti-Apple

Pour HSBC, "l'escalade/prolongation des tensions commerciales devrait avoir un impact sur la perception par les consommateurs chinois des marques américaines, en particulier de l'iPhone. Etant donné que la Chine joue un grand rôle pour les revenus des produits et services d'Apple, cela reste le principal risque" pour le groupe californien.

Pour l'instant, aucun appel de grande envergure n'a été lancé contre Apple, mais selon le site internet Buzzfeed, les expressions de sentiment anti-américain commencent à enfler sur les réseaux sociaux chinois (qui sont étroitement surveillés par le pouvoir politique).

Ainsi, le site rapporte quelques commentaires appelant à un boycott des iPhones. "Les fonctions de Huawei sont comparables à celles des iPhones d'Apple, voire mieux. Nous avons une telle alternative, pourquoi utilisons-nous encore Apple ?", s'interroge notamment une publication, relayée par Buzzfeed.

Apple, première victime en cas de nouvelles taxes Trump

En outre, Apple, qui produits ses iPhones en Chine, sera très affecté si Donald Trump décide de taxer l'ensemble des biens en provenance de ce pays. Le groupe serait alors contraint de relever ses prix de vente ou de rogner sur ses marges pour faire face aux taxes d'importation aux Etats-Unis.

Dans une note envoyée le 14 mai à leurs clients, les analystes de JP Morgan Chase estimaient que la firme à la pomme devrait relever ses prix de vente de 14% aux Etats-Unis si elle voulait compenser les effets des barrières douanières. Le prix d'un iPhone XS passerait alors de 1.000$ à 1.142$ si l'administration Trump appliquait à ses smartphones des taxes d'importation de 25%.

Une importante hausse de prix étant destructrice de demande, JP Morgan estime qu'Apple pourrait opter pour une réduction de ses marges. La marge marge brute serait alors réduite de 4% si le groupe ne répercutait pas les droits douaniers sur les consommateurs, selon JPM.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com