Cotation du 17/09/2021 à 18h27 Apple -1,46% 146,624$
  • AAPL - US0378331005
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Apple : la keynote approche, le groupe sommé d'ouvrir son système de paiement

Apple : la keynote approche, le groupe sommé d'ouvrir son système de paiement
Apple : la keynote approche, le groupe sommé d'ouvrir son système de paiement
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Apple est sous le feu des projecteurs, la firme à la pomme ayant prévu de dévoiler ce mardi soir ses nouveaux produits, dont l'iPhone 13, lors d'une "keynote" tenue depuis son siège de Cupertino en Californie. Baptisée "California streaming", la présentation aura lieu en vidéoconférence à partir de 19 heures, heure française.

Outre son nouveau smartphone, Apple devrait présenter l'Apple Watch Series 7, de nouveaux iPad ainsi que des AirPods, sans oublier les nouvelles versions de ses systèmes d'exploitation.

A l'approche de cet événement très attendu, le groupe a été taclé vendredi par la justice, qui l'a sommé d'ouvrir son système de paiement dans son App Store, dans le cadre de sa bataille judiciaire avec le développeur de jeux vidéo Epic Games au sujet du très populaire jeu 'Fortnite', banni de l'App Store depuis l'été 2020.

L'action Apple a corrigé de 3,3% vendredi à Wall Street, terminant à 148,97$, en réaction à cette décision de justice, après avoir récemment touché de nouveaux sommets historiques. Lundi, le titre s'est modestement repris, terminant en progression de 0,39% à 149,55$.

La juge Yvonne Gonzalez-Rogers, de la cour du district nord de Californie, a considéré qu'Apple n'est pas en droit d'imposer son système de paiement à tous les développeurs d'application. Le groupe californien devra donc laisser aux développeurs la possibilité de proposer leurs propres options de paiements à leurs clients, ce qui pourrait potentiellement faire perdre plusieurs milliards de dollars au géant californien...

La juge a en revanche estimé qu'Epic Games n'a pas réussi à démontrer qu'Apple avait bâti une position de monopole illégale. Certes, Apple contrôle une "part importante du marché" des transactions dans l'univers des jeux vidéo sur mobile et réalise des "marges extraordinairement hautes ", mais " ces éléments ne suffisent pas à prouver que la conduite [d'Apple] est contraire à la législation antitrust. Le succès n'est pas illégal", a estimé la juge Gonzalez-Rogers.

Les revenus de l'App Store rognés ?

Cette décision de justice est susceptible de rogner les revenus de la firme à la pomme, qui se rémunère via des commissions sur les transactions effectuées via son App Store. Apple prélève ainsi une commission qui peut atteindre 15% à 30% de ces revenus, qu'il s'agisse d'achats en ligne ou d'abonnements.

Selon l'analyste Benedict Evans, l'entreprise californienne a récolté environ 15 milliards de dollars l'année dernière en prélevant des commissions sur les revenus des applications. Or, la grande majorité de cette somme - 70% environ - provenait des jeux vidéo !

Le jugement de vendredi stipule qu'à partir de janvier 2022, les développeurs pourront proposer à leurs clients d'effectuer leurs achats directement sur leur site, à travers des "boutons, des liens externes ou tout autre moyen d'action orientant les clients vers des mécanismes de paiement". Et contourner ainsi la "taxe Apple", dénoncée par Epic Games.

Les relations s'étaient brusquement tendues à l'été 2020, lorsqu'Apple avait évincé le jeu 'Fortnite' de son App Store, accusant Epic Games de violer ses règles en matière de paiement via des applications sur mobile. Epic Games (qui avait alors perdu ses clients sur iPhone) avait attaqué Apple en justice (ainsi qu'Alphabet, pour les mêmes raisons...) en demandant une injonction contre les pratiques de facturation d'Apple.

Sous pression aux Etats-Unis et dans d'autres pays, Apple a annoncé fin août quelques concessions aux développeurs en les autorisant à informer leurs clients par mail qu'il était possible de régler leurs abonnements autrement que via Apple. Apple a ensuite autorisé certaines applications à afficher un lien vers leur propre site Web directement depuis leur application.

Epic Games en veut davantage

Malgré une décision qui lui semble favorable, le PDG d'Epic Games, Tim Sweeney, ne s'est pas estimé satisfait par le jugement qui selon lui, "n'est pas une victoire pour les développeurs ou les consommateurs. L'éditeur de jeux vidéo a d'ailleurs faire appel du jugement. Sur Twitter, M. Sweeny a déclaré vendredi que "Fortnite retournera sur l'AppStore quand Epic pourra offrir des solutions de paiements dans des conditions de concurrence juste avec le système d'Apple, et transmettre les gains aux consommateurs. [...] Nous continuerons à nous battre".

De son côté, Apple s'est déclaré plutôt satisfait, et n'a pas précisé s'il ferait appel du jugement. "Aujourd'hui le tribunal a confirmé ce que nous avons toujours su : l'AppStore n'est pas contraire à la législation antitrust", a ainsi commenté l'entreprise. Apple pourra donc continuer à contrôler quelles applications peuvent figurer dans son App Store, un aspect essentiel pour des raisons de cybersécurité, avait souligné la firme de Cupertino lors du procès.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !