»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/12/2018 à 17h35 Safran -0,37% 108,200€
  • SAF - FR0000073272
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Amplegest croit toujours aux belles valeurs européennes

Amplegest croit toujours aux belles valeurs européennes
Amplegest croit toujours aux belles valeurs européennes
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Malgré la compression des multiples de valorisation que subissent actuellement de nombreuses valeurs européennes, Amplegest pense qu'il ne faut pas enterrer trop vite les actions du vieux continent, a fortiori si les sociétés concernées disposent d'un réel savoir-faire et de barrières à l'entrée conséquentes...

Braver la tempête

Pour Gérard Moulin, gérant du pôle actions européennes de la maison de gestion, il est d'ailleurs possible de braver le contexte baissier actuel en investissant dans des sociétés qui parviendront à tirer leur épingle du jeu, quel que soit le scénario économique en présence. Les critères mis en avant par cet expert sont un savoir-faire reconnu au-delà de nos frontières et une offre des biens ou des services discriminants pour leurs clients, qu'ils soient chinois ou américains.

La visibilité au rendez-vous

Dans son argumentaire, Gérard Moulin rappelle que les récentes publications trimestrielles ont réservé des bonnes surprises en cascade. Malgré les menaces qui s'accumulent sur le vieux continent (Brexit, budget italien, conséquences de la guerre économique sino-américaine etc.), les valeurs qui ont eu la capacité d'ériger des barrières à l'entrée significatives ont pu réviser en hausse les résultats de l'année en cours et parfois ceux des exercices à venir. Le stratège d'Amplegest mentionne notamment Safran, Eurofins, Sixt, Pernod Ricard, Straumann, Thales, Varta ou encore ASML dont le carnet de commandes court jusqu'en 2025.

Quant à la valorisation élevée de certains titres, elle n'apparaît pas comme un facteur discriminant, estime Gérard Moulin. Déjà valorisés généreusement par le marché, Campari et L'Oréal figurent ainsi parmi ceux qui ont le mieux résisté à la baisse.

Moyenner à la baisse

Le gérant concède cependant que certaines valeurs, malgré des résultats au niveau des attentes, voire au-dessus, ont subi la sanction immédiate des investisseurs, à l'image de Sixt, Orpea, Ferrari, AB Inbev ou Brembo. Quel conduite adoptée par rapport à ces trajectoires déroutantes ? Gérard Moulin a une réponse de bon sens : Autant, dans un marché rationnel, l'usage consiste à faire des moyennes à la hausse. Autant dans un marché bousculé et sans repères, il apparaît plus approprié d'opérer des moyennes à la baisse, sans inclure de nouveaux dossiers.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com