»
»
»
»
Consultation
Cotation du 25/03/2019 à 17h37 Alstom -1,04% 37,910€
  • ALO - FR0010220475
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Alstom/Siemens : les concessions accordées à Bruxelles toujours insuffisantes?

Alstom/Siemens : les concessions accordées à Bruxelles toujours insuffisantes?
Alstom/Siemens : les concessions accordées à Bruxelles toujours insuffisantes?
Crédit photo © Alstom

(Boursier.com) — Alstom trébuche de 3,4% à 35,1 euros en ce début de semaine, effaçant la moitié des gains enregistrés vendredi dernier. Les dernières concessions proposées par le duo Alstom/Siemens à la Commission européenne pour tenter d'obtenir son feu vert à leur projet de mariage dans le ferroviaire ne seraient toujours pas suffisantes. Citant une source proche du dossier, 'Bloomberg' indique que les dernières mesures sont trop tardives mais également pas assez importantes pour dissiper l'inquiétude du régulateur européen quant à l'impact de ce rapprochement sur les trains à grande vitesse en Europe. La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, craint notamment que le mariage ne porte atteinte à la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation.

Si les deux acteurs n'ont pas fourni de détails sur les nouvelles concessions accordées, ils proposeraient notamment de partager pendant 10 ans en Europe la technologie de train à grande vitesse de Siemens, contre cinq ans dans leur première offre, mais aussi de céder des activités de signalisation et de matériel roulant.

Une annonce négative avant la dead-line?

Bruxelles doit se prononcer sur le dossier d'ici au 18 février, mais une possible décision, négative, pourrait intervenir dès le 6 ou 12 février, à en croire les dernières rumeurs.

Pression de la France et de l'Allemagne

Margrethe Vestager semble ainsi résister à la pression de la France et de l'Allemagne, dont les gouvernements respectifs plaident pour l'émergence d'un champion européen du rail pour affronter la concurrence chinoise. Mardi dernier, Bruno Le Maire, a une nouvelle fois défendu la fusion Alstom-Siemens à l'occasion des questions au gouvernement au Sénat. "J'estime que si jamais la Commission européenne devait rendre une décision négative sur la création d'un champion industriel européen, d'un géant du ferroviaire pour résister à la concurrence chinoise et à la concurrence d'autres grandes nations du monde, elle ferait une erreur économique et une faute politique".

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com