Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 11/08/2020 à 23h20 Alphabet Class A -1,09% 1 480,54$
  • GOOGL - US02079K3059
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Alphabet : "OK Google", dis-moi quels résultats tu annonceras ce soir

Alphabet : "OK Google", dis-moi quels résultats tu annonceras ce soir
Alphabet : 'OK Google', dis-moi quels résultats tu annonceras ce soir
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Lundi soir après la clôture de Wall Street, Alphabet sera le dernier géant d'internet à publier ses comptes du 4e trimestre 2019. Avant la maison mère de Google, la plupart des grandes "technos" (Apple, Amazon, Microsoft, IBM, Intel...) ont publié des comptes supérieurs au consensus, tandis que quelques unes, dont Facebook et AMD, ont déçu les marchés.

Le bénéfice net trimestriel d'Alphabet est attendu en légère baisse par les analystes, à 8,76 milliards de dollars pour le 4e trimestre 2019, contre 8,9 Mds$ sur la même période de 2018. Selon le consensus Factset, le bénéfice par action s'établirait à 12,57$ contre 12,77$ un an plus tôt. Les revenus devraient en revanche bondir de 19,5% pour atteindre 46,9 milliards de dollars contre 39,3 Mds$ dégagés un an plus tôt.

Sundar Pichai au gouvernail, Larry Page et Sergey Brin prennent du recul

Au 3e trimestre, Alphabet avait subi une chute de 23% de son bénéfice net à 7,1 Mds$ (10,12$ par action) contre 9,2 Mds$ (13,06$ par action) un an plus tôt, en raison de coûts élevés et d'une importante provision pour l'impôt sur les sociétés. Les revenus du T3 avaient en revanche crû de 20% à 40,5 Mds$.

Pour le 4e trimestre, les attentes des marchés sont assez conservatrices, après ce plongeon des profits au 3e trimestre. Il s'agit des premiers compte publiés sous la houlette de Sundar Pichai, qui a accédé en décembre au poste de directeur général d'Alphabet (poste cumulé avec celui de CEO de Google qu'il occupait déjà). 21 ans après la création de Google en septembre 1998, les co-fondateurs Larry Page (ex-CEO) et Sergey Brin (ex-président) ont décidé de prendre du recul par rapport aux opérations quotidiennes tout en restant impliqués dans le groupe en tant qu'actionnaires et membres du "board".

Revenus publicitaires et "cloud" comme moteurs de croissance

En janvier, un membre important de la direction, le directeur juridique de Google, David Drummond, a démissionné sur fond d'enquête sur son comportement vis-à-vis de ses collègues féminines. Par ailleurs, l'avenir d'Alphabet (comme ceux d'Apple, Amazon et Facebook) reste tributaire des enquêtes antitrust en cours aux Etats-Unis contre les géants de l'économie numérique.

Le groupe basé à Mountain View en Californie donne habituellement peu de détails sur ses comptes et ses prévisions. La forte croissance devrait être alimentée par les revenus publicitaires du moteur de recherche Google et de sa filiale vidéo YouTube, ainsi que par l'expansion des services de "cloud computing", dont Alphabet est numéro trois mondial, assez loin derrière les deux leaders de ce marché, Amazon et Microsoft.

Les 1.000 Mds$ de capitalisation seront-ils confirmés ?

En revanche, les bénéfices sont donc attendus en léger recul par rapport au T4 2018, la rentabilité étant toujours rabotée par une hausse des coûts, notamment les coûts liés aux acquisitions de contenu, les coûts de commercialisation de produits ainsi qu'une hausse des montants provisionnés pour l'impôt sur les sociétés.

A Wall Street, l'action Alphabet a gagné 28% depuis un an, une progression supérieure à celle du S&P 500 (+19%). La capitalisation boursière du groupe s'est hissée récemment au-dessus des 1.000 milliards de dollars (mais est revenue à 988 Mds$ vendredi soir), un club très fermé où figurent seulement Apple (1.350 Mds$) et Microsoft (1.290 Mds$), qui ont presque été rejoints vendredi par Amazon (996 Mds$), qui a bondi de 7,4% suite à des comptes trimestriels meilleurs que prévu.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !