Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/09/2020 à 17h35 Airbus Group (ex-EADS) +0,62% 60,020€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Airbus : se dit désormais en conformité totale avec les décisions de l'OMC

Airbus : se dit désormais en conformité totale avec les décisions de l'OMC
Airbus : se dit désormais en conformité totale avec les décisions de l'OMC
Crédit photo © EADS

(Boursier.com) — Airbus a accepté un relèvement des taux d'intérêt sur des prêts obtenus auprès de la France et de l'Espagne pour le lancement de l'A350 (RLI). Après 16 ans de litige à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'avionneur européen évoque la dernière étape pour mettre fin à ce différend de longue date qui l'oppose à Boeing et supprimer toute justification de tarifs douaniers américains.

Les droits de douane imposés par le Représentant américain au commerce (USTR) sont actuellement nuisant à tous les secteurs industriels ciblés, y compris les compagnies aériennes américaines, et s'ajoutent à un environnement très difficile en raison de la crise COVID-19. C'est pourquoi Airbus a décidé de franchir une dernière étape pour supprimer le dernier point litigieux et modifier les contrats français et espagnol pour les aligner sur ce que l'OMC considère comme les taux d'intérêt et les critères d'évaluation des risques appropriés. L'OMC a déjà statué que le RLI est un instrument valable permettant aux gouvernements de s'associer avec l'industrie en partageant les risques d'investissement. Avec cette dernière mesure, Airbus se considère en parfaite conformité avec toutes les décisions de l'OMC.

"Nous nous sommes pleinement conformés à toutes les exigences de l'OMC. Ces modifications supplémentaires apportées aux RLI de l'A350 montrent qu'Airbus n'a négligé aucune piste pour trouver une solution", affirme Guillaume Faury, DG d'Airbus. "C'est un signal clair de soutien à ceux qui souffrent de l'impact sévère des tarifs imposés par l'USTR, surtout à un moment où les industries sont durement touchées par les conséquences de la crise COVID-19".

Airbus n'a pas précisé le coût de ces paiements supplémentaires, dont il devra s'acquitter lors des livraisons de l'appareil à l'étranger.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !