»
»
»
»
Consultation
Cotation du 16/08/2018 à 17h35 Airbus Group (ex-EADS) +2,22% 107,560€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Airbus : les objectifs en question

Airbus : les objectifs en question
Airbus : les objectifs en question
Crédit photo © Airbus / P.Pigeyre / Master Films

(Boursier.com) — Airbus va devoir répondre à un défi d'une ampleur inédite s'il veut atteindre ses objectifs de livraison pour 2018, a déclaré vendredi le nouveau président de l'avionneur, Guillaume Faury dans un document adressé aux salariés du groupe, rapporte Reuters. "Nous avons un plan de bataille pour cette année et les constructeurs de moteurs travaillent d'arrache-pied pour respecter leurs engagements... Cela dit, nous savons que ce sera difficile", explique-t-il dans ce document que l'agence Reuters a pu consulter. "Livrer entre 80 et 90 appareils chaque mois au cours du deuxième semestre, ça n'a jamais été fait. A plus long terme, nous devrons réorganiser le système de production des monocouloirs qui appartient à une époque révolue lorsque la production intensive d'avions n'était pas nécessaire."

L'avionneur européen est pénalisé par les retards accumulés par les motoristes Pratt & Whitney et CFM International. Airbus a livré 172 appareils au cours des quatre premiers mois de l'année, un rythme jugé insuffisant pour atteindre l'objectif annuel de 800 livraisons.

Rappelons que sur les trois premiers mois de l'année, le groupe européen a enregistré un EBIT ajusté consolidé de 14 millions d'euros contre - 19 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires consolidé de 10,1 milliards d'euros, reflétant essentiellement la faiblesse des livraisons d'avions commerciaux et d'hélicoptère... Le consensus tablait sur un Ebit ajusté négatif de 15,7 ME pour des revenus de 9,8 MdsE.
Le résultat net consolidé s'est élevé à 283 ME (contre 409 ME un an plus tôt) soit un bénéfice par action de 0,37 euro, résultant d'un impact positif induit en grande partie par la réévaluation de certains investissements de capitaux. Enfin, le flux de trésorerie disponible consolidé avant fusions et acquisitions et financements-clients s'établit à -3,839 MdsE (T1 2017: -1,269 MdE), illustrant la concentration des livraisons en fin d'exercice et l'accélération des cadences de production.

Problèmes de moteur

Pénalisé par les problèmes de moteur de Pratt & Whitney équipant ses A320neo, Airbus avait malgré tout confirmé son objectif de livrer environ 800 avions commerciaux sur l'année. En ce qui concerne le programme A330, la transition vers la version NEO se poursuit à bon rythme, la première livraison étant prévue cet été...

Compte tenu de l'évaluation actuelle du programme, Airbus a décidé de réduire les livraisons d'A330 à 50 par an environ en 2019. Le programme A350 continue à l'inverse de s'accélérer et devrait atteindre la cible des 10 livraisons mensuelles d'ici la fin de l'année. L'accent reste placé sur la convergence des coûts récurrents. Le premier A350-1000 a été livré au cours du premier trimestre et la version A350-900 ULR (Ultra Long Range) a réalisé son vol inaugural avec succès au mois d'avril.

Sur la base de la livraison d'environ 800 appareils, Airbus prévoit en 2018, avant fusions et acquisitions, une hausse de l'EBIT ajusté d'environ 20% et une progression supplémentaire d'environ 0,1 milliard d'euros de l'EBIT ajusté sous l'effet de la norme IFRS 15. Par conséquent, l'Entreprise table sur un EBIT ajusté d'environ 5,2 MdsE, tel que calculé selon la norme IFRS 15 adoptée en 2018. Le flux de trésorerie disponible est attendu stable par rapport à 2017 (2,949 MdsE).

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com