»
»
»
»
Consultation
Cotation du 22/03/2019 à 17h36 Airbus Group (ex-EADS) -3,34% 114,600€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Airbus : le dirigeant d'Airbus D&S met à son tour en garde à propos d'un Brexit dur

Airbus : le dirigeant d'Airbus D&S met à son tour en garde à propos d'un Brexit dur
Airbus : le dirigeant d'Airbus D&S met à son tour en garde à propos d'un Brexit dur

(Boursier.com) — Après Thomas Enders, qui avait créé une vive émotion fin janvier, un nouveau dirigeant d'Airbus vient de prévenir des risques d'un 'Brexit dur'. Ainsi, une telle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord ruinerait les perspectives de rapprochement entre le programme franco-allemand relatif à un nouvel avion de combat et celui de son rival britannique. C'est du moins ce qu'assure le dirigeant d'Airbus Defence and Space, Dirk Hoke, au journal allemand Handelsblatt. Selon ces commentaires de Dirk Hoke, relayés par ailleurs par Reuters, il serait "impératif" que l'UE et la Grande-Bretagne parviennent à un accord sur la sécurité, la défense et l'espace.

Hoke considère "extrêmement dangereux" de développer un système tel que le système de combat aérien du futur (SCAF) franco-allemand sans le soutien britannique. Le dirigeant d'Airbus ajoute que les commandes augmenteraient si la Grande-Bretagne participait, rendant l'appareil de combat plus concurrentiel. Paris et Berlin ont lancé la semaine dernière le premier acte du SCAF, qui doit permettre de remplacer les chasseurs Rafale et Eurofighter à l'horizon 2040. Un contrat de 65 ME financé à parts égales par la France et l'Allemagne sur deux ans a été notifié à Dassault Aviation et Airbus pour définir le concept et les architectures du programme, rappelle Reuters. Dirk Hoke a expliqué qu'il y avait des discussions sur l'adhésion de l'Espagne au programme, mais que les négociations sur le Brexit allaient être déterminantes concernant la coopération avec la Grande-Bretagne. "Nous devons attendre de voir s'il y aura un Brexit dur", a indiqué Hoke, selon lequel une telle issue serait "fatale pour la coopération".

Le président exécutif d'Airbus avait déjà alerté fin janvier au sujet des conséquences éventuelles d'un Brexit sans accord. Dans une vidéo postée sur le site Web du géant aéronautique, Thomas Enders constatait que le secteur aérospatial britannique était maintenant "au bord du précipice". Enders ne prévoyait pas d'évolution immédiate concernant la présence locale d'Airbus, mais faisait état de possibles "décisions potentiellement très préjudiciables pour le Royaume-Uni" par la suite, en cas de Brexit 'dur'. "S'il y a un Brexit sans accord, chez Airbus nous devrons prendre des décisions potentiellement très douloureuses pour le Royaume-Uni", avait averti le président du groupe, estimant que les ailes des Airbus pourraient même ne plus être fabriquées en Grande-Bretagne - en l'absence d'accord qui permettrait une sortie 'douce' du pays de l'Union européenne.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com