Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 13/11/2019 à 17h38 Airbus Group (ex-EADS) +0,61% 135,500€
  • AIR - NL0000235190
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Airbus : l'OMC autorise les Etats-Unis à taxer les produits européens à hauteur de 7,5 Mds$

Airbus : l'OMC autorise les Etats-Unis à taxer les produits européens à hauteur de 7,5 Mds$
Airbus : l'OMC autorise les Etats-Unis à taxer les produits européens à hauteur de 7,5 Mds$
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'Organisation mondiale du commerce vient, comme attendu, d'autoriser les Etats-Unis à imposer jusqu'à 7,5 milliards de droits de douane sur les produits européens.

Une victoire provisoire pour Boeing et Washington

La décision des trois arbitres appelés à statuer sur le litige qui oppose Boeing à Airbus concernant des subventions publiques illégales qu'auraient perçues les deux constructeurs ne marque toutefois qu'une victoire provisoire pour l'administration Trump. Alors qu'Européens et Américains s'accusent mutuellement depuis 2004 d'avoir soutenu leurs constructeurs aéronautiques respectifs, la décision de l'OMC sur la demande de l'UE d'imposer des droits de douane dans le cadre des aides publiques américaines accordées à Boeing est programmée en début d'année prochaine. En attendant, le verdict du jour marque la décision la plus importante de l'histoire de l'OMC.

Washington va désormais devoir choisir quels produits seront davantage taxés après avoir fourni une liste préliminaire à l'Organisation basée à Genève.

L'économie mondiale serait touchée par ces tarifs

Réagissant à ce verdict, l'avionneur européen affirme que si le représentant américain au commerce (United States Trade Representative - USTR) choisit d'imposer des droits de douane sur l'importation d'aéronefs et/ou de composants d'aéronefs, cela créera de l'insécurité et perturbera non seulement le secteur aéronautique et spatial, mais également l'économie mondiale dans son ensemble.

Vers une hausse des coûts des appareils

"L'application de droits de douane des deux côtés aurait de graves répercussions sur les secteurs industriels des États-Unis et de l'UE, entraînant ainsi une augmentation des coûts liés à l'acquisition de nouveaux aéronefs tant pour les compagnies américaines que pour les compagnies européennes. L'aviation est une industrie mondiale. Preuve en est : près de 40 pour cent des approvisionnements liés à des appareils Airbus proviennent de fournisseurs américains de produits aéronautiques et spatiaux. Cette chaîne d'approvisionnement américaine soutient 275.000 emplois dans 40 États américains grâce à un volume de dépenses qui a totalisé 50 milliards de dollars au cours des trois seules dernières années. En cas d'application de droits de douane, l'ensemble de l'industrie mondiale en subira les conséquences", souligne Airbus.

Airbus appelle à un règlement négocié entre les États-Unis et l'UE

Le seul moyen d'éviter les effets négatifs de ces droits de douane serait que les États-Unis et l'UE parviennent à trouver une solution à ce différend de longue date par le biais d'un règlement négocié. Airbus continue d'inciter l'administration américaine et la Commission européenne à régler ce différend et à préserver ainsi la concurrence libre et loyale et le libre-échange qui se sont avérés profitables à la collectivité et indispensables au succès et à la croissance de l'industrie aéronautique mondiale.

Bruno Le Maire appelle à un accord à l'amiable

Dans le même sens, Bruno Le Maire appelle à une résolution à l'amiable entre les deux géants de l'aéronautique. "Une résolution à l'amiable au contentieux Boeing/Airbus est la meilleure solution, d'autant plus que l'Europe pourra imposer des sanctions aux Etats-Unis l'année prochaine dans un contentieux croisé", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finance, selon des propos transmis à la presse par ses services. "Nous souhaitons faire redescendre les tensions et éviter des sanctions tarifaires qui ne feront que nuire à nos deux économies, au moment où la Chine renforce son industrie aéronautique", a-t-il ajouté en assurant que d'éventuelles sanctions américaines appelleraient une réponse "ferme" de l'Union européenne.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com