Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 03/07/2020 à 17h39 Air France KLM +1,03% 4,211€
  • AF - FR0000031122
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Alléger
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Air France-KLM : un broker vise un cours de 1,30 euro...

Air France-KLM : un broker vise un cours de 1,30 euro...
Air France-KLM : un broker vise un cours de 1,30 euro...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Air France-KLM recule de 1% à 4,5 euros ce vendredi, alors que le groupe aérien et l'Etat français seraient très proches d'un accord en vue d'un plan de secours de 10 milliards d'euros sous forme de prêts bancaires en grande partie garantis par l'Etat. Selon plusieurs sources, l'Etat aurait accepté de revoir à la hausse ses garanties sur les prêts qui doivent permettre au groupe de surmonter la crise du coronavirus. Paris serait ainsi prêt à garantir désormais 90% voire davantage des prêts bancaires dont Air France a absolument besoin pour traverser la crise, contre 70% à l'origine.

Parmi les derniers avis de brokers, Morgan Stanley a dégradé le titre à 'sous-pondérer' tout en réduisant son cours cible à 4 euros. Barclays, de son côté, a réduit son objectif de cours de 10,3 à 4,2 euros en restant à 'pondération en ligne'. Enfin, la SG a dégradé le titre à 'vendre' avec un objectif coupé de 4,5 à seulement... 1,3 euro ! Comme l'ensemble du secteur aérien, Air France KLM a été frappé de plein fouet par la crise sanitaire qui a cloué au sol la grande majorité des avions dans le monde... Le groupe avait demandé des prêts bancaires pour franchir le cap de la crise, mais plusieurs banques attendaient une amélioration des garanties publiques apportées par l'Etat français avant d'accorder ces crédits. Début avril, les montants de 4 MdsE pour Air France et 2 MdsE pour KLM étaient évoqués, mais le montant global a depuis été porté à 10 MdsE.

Le 17 avril, le gouvernement s'est dit en faveur d'un "effort partagé entre l'Etat et les banques... La direction du groupe, de son côté, considère dans les conditions actuelles qu'une nationalisation n'est pas souhaitable : Et de citer en coulisse le cas d'Alitalia qui était comparable à Air France il y a quelques années encore et qui aujourd'hui ne fait plus que 25% de la taille d'AF KLM. Pour les dirigeants, une nationalisation constituerait un frein au développement à tous les niveaux : investisseurs, alliances, actionnaires...
Le groupe n'a cependant pas caché début avril anticiper un besoin urgent de liquidité pour ne pas se retrouver "à sec" au 3e trimestre 2020 et pouvoir ainsi continuer à fonctionner.

25 ME par jour

Le groupe "brûle" actuellement 25 millions d'euros de cash par jour, montant jugé incompressible en interne en raison de l'importance des coûts fixes du groupe, malgré les mesures de chômage partiel mises en place par la direction et les décalages de paiement des taxes, redevances et des cotisations sociales. Un niveau qui signifie que la trésorerie du groupe aérien tombera à 0 fin mai/début juin...
En attendant, sur le terrain, tout est fait pour limiter au maximum les dépenses avec des programmes non urgents différés, voire annulés. Seules les dépenses strictement nécessaires sont maintenues. Il s'agit ici des coûts fixes tels que la maintenance des avions, le leasing de 50% de la flotte, l'immobilier locatif à régler, le remboursement des billets réservés pour l'été 2020 à assurer...

Air France KLM a mis en place des mesures de réduction de coûts estimées à ce stade à 500 millions d'euros en 2020, en hausse de 300 ME par rapport aux annonces précédentes. La mise en oeuvre par Air France de mesures d'activité partielle et la souscription de KLM aux "Mesures transitoires d'urgence pour l'emploi durable" (NOW), devraient par ailleurs engendrer une économie évaluée à ce stade à environ 1,1 milliard d'euros en 2020. Le plan d'investissement sera quant à lui réduit d'au moins 700 ME cette année, soit 350 ME de plus par rapport aux annonces précédentes, et auxquels s'ajoutera l'impact de la baisse d'activité en propre et des clients tiers sur les investissements de maintenance...

Gestion de la flotte

Concernant la gestion de la flotte, les appareils A380 seront probablement sortis de manière anticipée... Les décisions et le calendrier seront arrêtés d'ici la fin avril. Quant aux A340, ils ne seront pas réintégrés. Au sujet des A350 prévus en livraison d'ici fin juin, le financement est déjà prêt, donc les livraisons seront réalisées, ce qui entraînera le remboursement de la caution "pré-delivery". Pour les trois A350 suivants, il est trop tôt pour définir le nouveau calendrier de livraison, estime encore le management...

Par ailleurs, le dixième B787 est prévu en juin avec cependant les incertitudes qui concernent le fonctionnement de l'usine Boeing qui le produit. Au sujet de l'A220, une première livraison est programmée dans 18 à 24 mois avec une feuille de route inchangée à ce stade et, peu, voire aucune visibilité du programme à cette échéance... Concernant le réseau domestique qui demeure non rentable, le plan de restructuration déjà prévu en novembre dernier sera anticipé. La flotte de HOP! continuera pour sa part à mincir...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !