»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/08/2018 à 17h37 Air France KLM -3,09% 8,770€

Air France-KLM : plus rassuré ?

Air France-KLM : plus rassuré ?
Air France-KLM : plus rassuré ?
Crédit photo © Air France

(Boursier.com) — Air France-KLM remonte encore de 2,2% ce jeudi à 8,31 euros en bourse de Paris, soutenu par des notes de brokers moins déprimantes depuis l'annonce des comptes du groupe aérien sur le second trimestre. HSBC relève ainsi de 9 à 11 euros son objectif de cours sur le dossier, tout en maintenant son avis à l'achat. Les comptes du deuxième trimestre sur la période avril-juin, malgré les grèves, ont fait ressortir des signaux encourageants, le transporteur aérien ayant affiché un résultat d'exploitation de 345 ME, en recul de 41% par rapport au 2ème trimestre de l'an dernier, mais qui se situe nettement au-dessus de l'estimation du consensus de place qui se situait à 271 ME.

Pas si mal ?

Liberum, qui est à "conserver" sur le dossier avec un objectif de cours de 8,20 euros, a souligné de son côté la solidité des revenus unitaires par passager, comparable à celle de Lufhansa sur la période écoulée, malgré le fait que le groupe franco-néerlandais a été pénalisé par les grèves chez Air France.
Le coût des grèves a ainsi pesé à hauteur de 260 ME. Quant aux coûts unitaires, ils ont augmenté de 2,4% à change, prix du carburant et charges de retraite constants, soit une réduction de coûts structurelle de -0,7% compensée par un effet grève de +3,1%. La réduction de la dette nette s'est poursuivie, avec une diminution de 315 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2017, et le ratio dette nette/EBITDA au 30 juin 2018 est resté stable comparé au 31 décembre 2018 à 1,4x.

Air France-KLM a précisé que L'objectif d'évolution des coûts unitaires à change, prix du carburant et charges de retraite constants, restait bien de 0% à +1% sur l'année, incluant les coûts liés aux grèves et les ajustements de capacité correspondants au premier semestre 2018... Et, malgré un impact des grèves de 335 millions d'euros sur le premier semestre qui pèsera sur le résultat d'exploitation de l'exercice, le groupe prévoit une réduction de sa dette nette par rapport au 31 décembre 2017.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com