»
»
»
»
Consultation
Cotation du 21/09/2018 à 14h45 Air France KLM +0,92% 9,012€

Air France KLM : ça gronde du côté des syndicats, nouvelle grève en vue

Air France KLM : ça gronde du côté des syndicats, nouvelle grève en vue
Air France KLM : ça gronde du côté des syndicats, nouvelle grève en vue
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — A contre-courant, Air France KLM abandonne 2,6% à 7 euros en cette fin de semaine. La situation sociale au sein de la compagnie française apparaît toujours aussi compliquée au lendemain des annonces faites au Comité Central d'Entreprise d'AF. La direction a décidé de proposer des mesures immédiates pour améliorer le quotidien des salariés. Parmi les premières mesures mises en oeuvre figurent, à titre d'exemple, la rénovation des locaux de piste à Orly ou encore l'augmentation de la disponibilité des chambres de repos dans les locaux d'Air France pour les navigants.

Des annonces guère au goût de certains syndicats. "C'est une blague", a ainsi déclaré à Bloomberg, Gregoire Aplincourt, président du SPAF (syndicat des Pilotes d'Air France). "Je ne vois pas comment je pourrais revenir vers les pilotes et leur demander de lever la grève avec ces promesses bizarres".

Contrairement à ce qu'espéraient les représentants du personnel, aucune négociation salariale n'a eu lieu, le Conseil d'administration d'Air France-KLM n'ayant pas donné de mandat pour une nouvelle négociation salariale dans les circonstances présentes et dans l'attente de la mise en place d'une nouvelle gouvernance.

Malgré tout, des discussions auraient eu lieu en début de semaine concernant une augmentation générale des salaires d'au moins 3,65% en 2018 et 2019. Dans un entretien accordé aux 'Echos', Anne-Marie Couderc, la présidente non-exécutive d'Air France-KLM affirme ainsi que "des discussions informelles ont été engagées par la direction d'Air France afin d'identifier la position de l'intersyndicale. La direction a fait le constat que celle-ci persiste à demander une augmentation générale des salaires qui est incompatible avec la stratégie de croissance du Groupe".

Alors que la multiplication des grèves a déjà coûté entre 300 et 350 ME au groupe, la dirigeante souligne que "la situation économique est en train de se dégrader très sérieusement, du fait des grèves mais aussi de la hausse du prix du pétrole".

En attendant le choix du nouveau PDG, dont Anne-Marie Couderc espère la nomination avant le 15 juillet, la dirigeante appelle "l'ensemble des équipes de l'entreprise à faire preuve de responsabilité et de solidarité dans cette période difficile pour leur compagnie".

Pas certain que cela suffise à l'intersyndicale pour lever son préavis de grève de quatre jours, du 23 au 26 juin. Cette dernière réclame toujours une augmentation générale des salaires de 5,1% cette année. L'été s'annonce chaud.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com