»
»
»
»
Consultation
Cotation du 16/08/2018 à 16h29 Air France KLM +0,47% 8,962€

Air France : droit d'alerte pour le transport aérien français !

Air France : droit d'alerte pour le transport aérien français !
Air France : droit d'alerte pour le transport aérien français !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que Jean-Marc Janaillac, le Président d'Air France KLM, a mis son poste en jeu dans le conflit social qui s'enlise, en décidant de consulter l'ensemble du personnel sur l'accord proposé le 16 avril 2018 par le management et rejeté par les organisations syndicales représentatives, la FNAM rappelle que se déroulent depuis fin mars les Assises du transport aérien, visant à définir une stratégie pour le secteur en France. "Dans le cadre du conflit en cours, les postures de certaines organisations syndicales ne visent qu'à détruire le potentiel de l'entreprise, voire à nuire aux travaux des Assises" estime l'organisation.

Alain Battisti, Président de la FNAM et de Chalair, et les Dirigeants des compagnies aériennes membres de l'organisation - Pascal de Izaguirre, Corsair International, Laurent Magnin, XL Airways La Compagnie, Frantz Yvelin, Aigle Azur, Marc Rochet, Air Caraïbes et French bee, et Bertrand d'Yvoire, Dassault Falcon Service -, soutiennent totalement l'initiative que vient de prendre Jean-Marc Janaillac, Président d'Air France.

Contexte fragile

La FNAM, organisation professionnelle, qui regroupe plus de 95% des entreprises du transport aérien français, rappelle que le pavillon français n'a capté que 10% de la croissance du transport aérien en France depuis 5 ans... Dans un contexte qui reste très fragile pour le pavillon français, ils soutiennent la Direction d'Air France dans la poursuite de sa stratégie de croissance.

La FNAM et ses membres espèrent que "l'ensemble des salariés d'Air France apporteront tout leur soutien à la Direction dans sa démarche de modernisation et de développement déjà engagée".

Une facture de 300 ME !

Rappelons que la consultation par vote électronique débutera le 26 avril et se terminera début mai au sein d'Air France... Pour son président, "Air France doit sortir de cette paralysie. Face à la gravité de la situation et parce que l'avenir de la compagnie pourrait être menacé, j'ai décidé de lancer cette consultation auprès de l'ensemble des salariés, qui depuis des années, se sont pleinement engagés pour le redressement et la compétitivité d'Air France. Je ne peux accepter le gâchis en cours alors même qu'une très large majorité des salariés est non-gréviste. Aussi, pour mettre fin à ce désastre et réengager l'ensemble de la compagnie dans la dynamique de croissance, j'appelle chacun à faire entendre sa voix. J'assumerai personnellement les conséquences de ce vote", a déclaré Jean-Marc Janaillac.

Alors que le conflit a coûté jusque là plus de 220 millions d'euros à la compagnie aérienne, la facture pourrait grimper à 300 ME en ajoutant les deux journées de grève des 23 et 24 avril.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com