Pas de date de cotation

Compagnie la Lucette (ex Mines de la Lucette) 0,00% -

  • MILU - FR0000066177
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Stéphane Theuriau, PDG des Mines de la Lucette

Stéphane Theuriau PDG des Mines de la Lucette

Nous souhaitons nous positionner comme une foncière versant un dividende significatif, sans obérer notre capacité de croissance
Stéphane Theuriau, PDG des Mines de la Lucette

Boursier.com : Au 30 juin dernier, le patrimoine des Mines de la Lucette atteignait 1,6 Milliard d'Euros. Quelle est la taille critique que vous souhaitez atteindre à moyen terme ?

S.T. : La taille n'est pas un objectif en soi... Mais ce ne serait pas une surprise de voir la société doubler de taille d'ici 24 mois. Nous allons continuer à procéder à des acquisitions et même si le marché est sain, notre credo est de continuer à être sélectif.
Boursier.com : Comment financerez-vous ce changement de périmètre ?

S.T. : Nous avons le potentiel pour faire 2 Milliards d'Euros d'acquisitions dans de bonnes conditions dans les mois qui viennent. En ce qui concerne le financement, nous ferons appel à un "mix" fonds propres/dettes. Notre endettement net représente 69% de la valeur des actifs, je pense que nous allons maintenir ce niveau.

Boursier.com : Concernant la répartition des actifs (75% de bureaux et 25% entrepôts/industrie), faut-il s'attendre à une évolution ?

S.T. : Notre objectif est d'être principalement investis dans le Bureau, qui présente, en volumes, plus d'opportunités et de continuer à faire des opérations avec des groupes industriels ou de distribution comme les dernières avec Transalliance et Casino...

Boursier.com : Qu'est-ce qui vous rend optimiste concernant le marché des Bureaux ?

S.T. : Les taux de vacance sont en train de baisser très rapidement et les loyers remontent... Depuis 2001, la baisse est de 40%. Mais, pour autant, la croissance locative ne se traduira pas de la même façon pour tous les actifs et c'est là que le savoir-faire de la société va jouer. Nous voulons aussi acheter des immeubles en "blanc", neufs sans locataires, ou des immeubles à restructurer. En les livrant d'ici 3 ans, nous profiterons de la remontée des loyers.

Boursier.com : C'est une prise de risques...

S.T. : Nous nous sommes d'abord dotés d'un patrimoine d'une qualité exceptionnelle, acheté dans de bonnes conditions et sans risque locatif, effectivement. Le deuxième volet de notre stratégie consiste à nous positionner sur des actifs un peu plus risqués pour bénéficier à moyen terme de la remontée des loyers.

Boursier.com : En termes de rémunération des actionnaires, à quoi faut-il s'attendre ?

S.T. : Notre objectif est de verser un dividende pour offrir un rendement de 4%. Nous avons les moyens de le faire... Nous souhaitons nous positionner comme une foncière versant un dividende significatif, sans obérer notre capacité de croissance.

Boursier.com : Outre ce dividende élevé, comment comptez-vous séduire les investisseurs qui ont le choix parmi les nombreuses foncières inscrites à la cote parisienne...?

S.T. : Nous serons une des rares foncières avec une spécialité forte en bureaux sur Paris, Lyon et Marseille. C'est un positionnement intéressant pour les investisseurs, dans la mesure où les grandes foncières de référence du secteur sont avant tout investies dans des centres commerciaux, ou à 50% bureaux et 50% logements. Le choix est donc encore limité sur la cote parisienne concernant le positionnement "bureaux".

©2006-2018,

Partenaires de Boursier.com