»
»
»
»
Consultation
Pas de date de cotation

Predilife 0,00% -

  • ALPRE - FR0010169920
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Stéphane Ragusa, PDG fondateur de Predilife

Stéphane Ragusa PDG fondateur de Predilife

Predilife a beaucoup d'avance sur la concurrence, y compris sur Google !
Stéphane Ragusa, PDG fondateur de Predilife

Boursier.com : Présentez-nous Predilife qui lance son processus d'introduction en Bourse de Paris...

S.R. : PrediLife développe des solutions innovantes de prédiction des risques de pathologies graves. Et ce grâce à une méthode propriétaire originale de datamining et de statistiques, la " méthode des voisins " : comparaison directe d'un individu à ses voisins, ainsi qu'une capacité à intégrer de nombreux paramètres comme les données personnelles, les images, le séquençage génétique..., adaptables à l'ensemble des populations

Boursier.com : Quelles pathologies visez-vous ?

S.R. : Nous nous sommes en premier lieu positionnés sur le cancer du sein avec MammoRisk, première solution commercialisée par Predilife, qui prédit le risque de cancer du sein pour un dépistage personnalisé. MammoRisk permet à chaque femme de connaître son risque de cancer du sein à 5 ans et d'établir un programme personnalisé de dépistage. MammoRisk a été conçu et validé grâce à un accès privilégié aux cohortes les plus importantes au monde, plus de 1,3 million de femmes, permettant d'établir le test offrant la meilleure prédiction du risque de cancer du sein pour la population générale. Ce modèle est réplicable et PrediLife a pour ambition d'appliquer sa solution propriétaire à d'autres maladies graves avec le développement d'un score multi-pathologiques, permettant de prédire en un seul bilan les principaux cancers : sein, poumon, colon et prostate. Cela permettra à la société d'adresser l'ensemble de la population et ainsi d'accroître considérablement son marché.

Boursier.com : Quel est le prix de la solution ?

S.R. : Les tests sont vendus entre 200 et 300 Euros, la marge devrait être aux alentours de 100 Euros par test. PrediLife commercialise aujourd'hui sa solution MammoRisk en Europe et aux États-Unis à destination des plus de 180 millions de femmes de 40 à 74 ans, auprès de centres de référence. La solution est présente dans une trentaine d'établissements en Europe (France, Belgique, Italie, Suisse et Allemagne) et aux Etats-Unis, dont l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière et l'Hôpital Américain de Paris. Ce dernier a d'ailleurs construit une offre de dépistage précoce et de prévention ciblée du cancer du sein autour de MammoRisk.

Boursier.com : Que venez-vous financer en Bourse ?

S.R. : La société n'est pas une " biotech ", mais oeuvre dans le domaine de la santé. Predilife n'incorpore aucun coût d'études cliniques, recrutement de patient... mais simplement l'acquisition des données. Nous venons financer notre accélération commerciale sur un marché adressable de plus de 1 Milliard d'Euros. L'objectif de PrediLife est d'accélérer son expansion commerciale en ciblant les établissements hospitaliers et les réseaux de médecins : radiologues, gynécologues, médecins traitants et en proposant sa solution MammoRisk aux centres équipés de " check-up center ", à l'instar de l'Hôpital Américain de Paris ou encore aux centres d'excellence, early-adopters, tels que l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Boursier.com : N'êtes-vous pas menacés par les visées de Google sur ce marché de la médecine prédictive ?

S.R. : Predilife a beaucoup d'avance sur la concurrence, y compris Google et l'introduction en Bourse, avec les moyens qu'elle va nous conférer, doit nous permettre de la maintenir. Le projet " Baseline " de Google a pour objectif de suivre 10 000 personnes sur 4 ans à partir de 2019...

©2018,

Partenaires de Boursier.com