Cotation du 09/12/2022 à 09h41

Voltalia -0,93% 17,000€

Sébastien Clerc, DG de Voltalia

Sébastien Clerc DG de Voltalia

Pour 2027, nous attendons plus de 5 gigawatts de capacité détenue et un EBITDA normatif d'environ 475 ME
Sébastien Clerc, DG de Voltalia

Boursier.com : Vous lancez une augmentation de capital de près de 500 ME dans le cadre de vos nouveaux objectifs 2027... Vos actionnaires participent-ils?

S.C. : Deux de nos actionnaires se sont engagés à souscrire : la famille Mulliez, qui détient plus de 70% de Voltalia, et notre partenaire Proparco, filiale de l'Agence française de Développement, pour 2,50%. Et nous sollicitons aussi tous nos autres actionnaires. C'est pourquoi l'augmentation de capital est réalisée avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), et chaque actionnaire recevra le 17 novembre un DPS par action détenu. Huit DPS permettront de souscrire à trois actions nouvelles à titre irréductible, à un prix de souscription de 13,70 euros par action nouvelle.

Boursier.com : Rappelez-nous vos objectifs à horizon 2027 récemment annoncés...

S.C. : Tout d'abord, nous prévoyons atteindre fin 2022, avec un an d'avance, l'objectif de capacité détenue de 2,6 gigawatts, tandis que les autre objectifs 2023 sont confirmés. Pour 2027, nous attendons désormais plus de 5 gigawatts de capacité détenue, plus de 8 gigawatts exploités pour le compte de clients tiers, un EBITDA normatif d'environ 475 millions d'euros et, pour la première fois, un objectif ESG : plus de 4 millions de tonnes de CO2 évités par nos clients grâce à notre activité. Ces objectifs 2027 représentent une multiplication par environ trois par rapport à 2021. Nous voulons donc poursuivre notre trajectoire de forte croissance dans la durée, puisque nos revenus comme notre EBITDA ont été multipliés par plus de 13 depuis notre introduction sur le marché réglementé d'Euronext (IPO) en 2014.

Boursier.com : La crise énergétique qui touche l'Europe vous favorise-t-elle ?

S.C. : Le contexte actuel a encore plus accentué l'avantage comparatif des énergies renouvelables en Europe où il faut désormais se passer du gaz russe. Ce dernier était déjà plus cher que les énergies renouvelables, sachant que le gaz naturel liquéfié qui le remplace est lui-même bien plus cher encore... Les alternatives au renouvelable sont donc peu nombreuses et partielles. J'ajoute qu'en dehors de l'Europe, où solaire comme éolien continuent de progresser, le marché est aussi très favorable.

Boursier.com : Le nucléaire est relancé en France...

S.C. : C'est vrai, mais les nouvelles centrales nucléaires nécessitent des années de développement et de chantier, officiellement 12, souvent plus de 15... Et les mises en service des futurs EPR sont planifiées par le Gouvernement entre 2035 et 2050 selon les sites. D'ici là, il faut impérativement augmenter les capacité des centrales renouvelables, en France comme dans le reste de l'Europe. En parallèle, il faut plus que jamais éviter de gaspiller l'énergie, et notre filiale Helexia propose des services d'efficacité énergétique aux propriétaires de bâtiments industriels, commerciaux et agricoles.

Boursier.com : Répercutez-vous la hausse des prix de l'énergie dans vos contrats ?

S.C. : Nous vendons notre électricité dans le cadre de contrats à long terme, en général 20 ans, dont le prix ne dépend pas du marché spot mais de l'inflation générale sur laquelle les prix sont contractuellement indexés. En 2021, sur 100 euros de revenus provenant de nos contrats à long terme, 83 euros étaient ainsi indexés. Cette indexation fait croître nos revenus de façon significative et définitive jusqu'à la fin de chaque contrat. Par ailleurs, la hausse des prix de l'énergie affecte - positivement - les prix des nouveaux contrats long terme que nous signons. Dans notre secteur, tout particulièrement en Europe, il y a plus de demande que d'offre car il n'y a pas assez sites renouvelables à construire pour compenser rapidement le déficit d'énergie causé par la chute des importations de gaz russe.

©2022

A lire aussi sur Voltalia

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités