»
»
»
»
Consultation
Cotation du 10/10/2019 à 16h30

Kumulus Vape -25,28% 3,250€

  • MLVAP - FR0013419876
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Rémi Baert, PDG de Kumulus Vape

Rémi Baert PDG de Kumulus Vape

Malgré la tempête que subit la filière vape, nos objectifs 2019 et 2020 restent inchangés !
Rémi Baert, PDG de Kumulus Vape

Boursier.com :  Etes-vous touchés par la chute des ventes de 30% en France suite aux polémiques...?

R.B. : Selon les contacts quotidiens que nous entretenons avec de nombreux professionnels du secteur, et notamment les responsables de la FIVAPE (la Fédération Interprofessionnelle de la Vape) et du SIIV (le Syndicat Interprofessionnel des Indépendants de la Vape), une fourchette de 25 à 30% de baisse constitue la tendance générale observée sur le mois de septembre. La situation actuelle de prise de parts de marché par Kumulus Vape nous permet de ne pas être véritablement impactés. Pour rappel, nous avons publié cet été un CA semestriel en progression de près de 80% par rapport à 2018. Nous sommes par ailleurs confiants quant à la capacité du marché à rebondir dès les mois d'octobre et novembre, notamment grâce au rétablissement de la vérité auquel nous participons aujourd'hui. Les cas recensés aux Etats-Unis depuis le mois d'août semblent très largement dus à un détournement de l'utilisation de la cigarette électronique, et en particulier au vapotage de drogues illicites issues du marché noir. Après un amalgame désastreux, les fumeurs vont reprendre confiance dans la meilleure alternative au tabac fumé qu'est la vape.

Boursier.com : L'évolution réglementaire aux Etats-Unis vous inquiète-t-elle, la vape étant bannie à San Francisco, dans l'Etat de New York et globalement sur la sellette aux États-Unis ? Le marché américain peut-il être précurseur de ce qu'il peut se passer sur le marché français... ?

R.B. : Non car ce sont des marchés radicalement différents. Agnès Buzyn, la Ministre de la Santé, le rappelait d'ailleurs très récemment : " nous ne sommes pas dans la même situation qu'aux Etats-Unis. Nous n'avons pas d'alerte sanitaire particulière. ". En France, le marché de la cigarette électronique est bien plus contrôlé et réglementé, notamment à la suite de la transposition de la TPD en 2017. Les acteurs de la filière vape française sont très majoritairement responsables et privilégient la transparence ainsi qu'un contrôle strict des ingrédients qui composent leurs liquides.
Les interdictions mises en place par certains états américains nous semblent complètement illégitimes : pourquoi bannir l'alternative la plus efficace (tout en continuant à autoriser la vente de cigarettes traditionnelles...) sous prétexte que son usage initial a été détourné pour la consommation de produits stupéfiants ? Je n'arrive pas à imaginer un seul instant que le Gouvernement français parvienne à cette étonnante conclusion. Faut-il rappeler que le tabac fumé devrait être à l'origine d'environ 80 000 décès cette année en France, et que le tabagisme coûte plus de 120 milliards d'euros par an à la société  ?

Boursier.com : Confirmez-vous les objectifs d'activité donnés au Marché, soit 11 ME de chiffre d'affaires en 2019 et 15 ME en 2020 (NDLR, pour 6,50 ME en 2018) ?

R.B. : Nos objectifs restent inchangés. J'ai toujours pensé que c'est dans l'adversité qu'on se révèle, et l'amalgame que je viens de décrire me donne plus que jamais l'envie d'accélérer. Je le répète à mes équipes : la tempête que la filière vape essuie aujourd'hui n'est pas la première. De puissantes industries s'estiment probablement menacées par le succès incontestable de la cigarette électronique, qui bouleverse l'économie des marchés du tabac et des substituts nicotiniques. Pour rappel, le marché français de la vape est estimé par Xerfi à plus de 800 millions d'euros en 2018, et 1,2 milliard d'euros dès 2021.

Boursier.com :  Où en est votre développement en B to B ?

R.B. : Il se porte très bien ! C'est en partie celui-ci qui tire la croissance de Kumulus Vape vers le haut, le B2B représentant environ 70% de notre CA global. Notre activité B2B a bénéficié d'une excellente dynamique ces derniers mois, et le nombre d'ouvertures de comptes client s'est accéléré au cours du dernier trimestre.

Boursier.com :  Solliciterez-vous les investisseurs individuels lors du transfert sur Euronext Growth envisagé pour l'an prochain ?

R.B.  : La sollicitation d'investisseurs individuels est une possibilité que nous étudions actuellement avec nos conseils dans la perspective d'un transfert sur Euronext Growth. Nous savons d'ores et déjà qu'un nombre important d'investisseurs individuels libérés du fléau du tabac grâce à la vape pourrait se montrer intéressé par l'opération.

©2019,

Partenaires de Boursier.com