Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 11/08/2020 à 17h35

Groupe Gorgé 0,00% 11,760€

Raphaël Gorgé, PDG de Groupe Gorgé

Raphaël Gorgé PDG de Groupe Gorgé

Le contrat remporté par ECA au Benelux ouvre la porte à des marchés comparables
Raphaël Gorgé, PDG de Groupe Gorgé

Boursier.com : Quels compléments d'information souhaitez-vous apporter aux résultats semestriels ?

R.G. : On note tout d'abord une forte progression de la rentabilité sur les trois pôles de la société. Après un exercice 2017 difficile et les premiers pas du redressement affichés en 2018, l'année en cours vient conforter cette amélioration. Avec une capacité d'autofinancement de 10,6 Millions d'Euros sur le premier semestre 2019, Groupe Gorgé démontre sa capacité à dégager de l'argent frais. A noter aussi que les solides perspectives ont été confortées par le gain de l'appel d'offre pour la fourniture de chasseurs de mines aux marines belge et néerlandaise. Avec ce deal à 450 Millions d'Euros, le carnet de commandes du Groupe Gorgé attend 641 ME à fin juin contre 202 ME un an plus tôt...

Boursier.com : La taille critique d'ECA est-elle suffisante pour adresser ce type de marché ?

R.G. : Nous n'avons pas d'inquiétudes particulières à ce sujet. La taille de Groupe Gorgé est significative avec 2.000 collaborateurs. Nous avons déjà fabriqué dans le passé les produits concernés par le contrat avec les marines belge et néerlandaise. En conséquence, il n'y a pas tellement de risques techniques sur ce projet. Face à de grands groupes, la taille intermédiaire de Groupe Gorgé représente plutôt un atout en raison de l'agilité de la structure.

Boursier.com : Qui étaient vos concurrents sur cet appel d'offre ?

R.G. : Dans le cadre de cet appel d'offre, la compétition était mondiale avec des compétiteurs israélien, allemand et suédois. Nous étions le seul acteur à proposer des drones adaptés à tous les environnements, à savoir terre, mer et eau...

Boursier.com : D'autres appels d'offre de ce type sont-ils attendus ?

R.G. : Dans le passé, ECA a vendu un robot de déminage à une trentaine de marines à travers le monde. Le contrat remporté au Benelux ouvre la porte à des marchés comparables dans d'autres pays.

Boursier.com : Pourquoi avez-vous vendu Cimlec ?

R.G. : Cette société de services à l'industrie évoluait au sein du Groupe Gorgé depuis plus de 20 ans. Cimlec n'avait plus vraiment de point commun avec les métiers à forte composante technologique exercés par Groupe Gorgé. L'offre de Spie permet d'adosser Cimlec à un groupe qui lui accordera davantage d'attention.

Boursier.com : Concernant Prodways, la croissance de l'impression 3D n'est-elle pas moins forte qu'attendu auparavant ?

R.G. : Les attentes initiales étaient probablement trop ambitieuses, ce qui est souvent le cas lors de l'arrivée d'une technologie de rupture. Prodways adresse les applications industrielles qui sont en train de monter en puissance. Il s'agit des prothèses dentaires, de la bijouterie, de la fonderie de précision... Prodways dispose déjà de nombreuses technologies en interne mais la société pourrait compléter son offre avec de la croissance externe ciblée.

Boursier : Le pôle protection des installations à risque est-il stratégique ?

R.G. : Ce pôle concerne la protection contre les incendies, les explosions, les inondations... Après la cession de Cimlec, nous continuons de travailler sur le sujet. Nous pourrions extraire de la valeur en procédant à d'autres désengagements.

Boursier.com : Que répondez-vous aux critiques qui considèrent que Groupe Gorgé s'apparente désormais à un conglomérat ?

R.G. : Nous ne sommes pas un conglomérat. Il est très important pour un groupe comme le nôtre d'avoir plusieurs cordes à son arc. Cela permet de faire face au temps nécessaire à l'adoption de technologies de rupture comme peuvent l'être l'impression 3D ou la robotique.

©2019-2020,