Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 19/02/2020 à 17h35

Cegedim -0,16% 30,900€

  • CGM - FR0000053506
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Pierre Marucchi, DG Délégué de Cegedim

Pierre Marucchi DG Délégué de Cegedim

Nous afficherons une croissance sensiblement supérieure à +5% sur l'exercice
Pierre Marucchi, DG Délégué de Cegedim

Boursier.com : Vous avez révisé à la hausse votre objectif annuel de croissance et d'EBITDA. Qu'est-ce qui explique la bonne performance des six premiers mois de l'année?

P.M. : Le segment dédié aux professionnels de Santé a renoué avec une nette croissance, à +10,2% au deuxième trimestre, contre une décroissance sur la même période en 2018. Ce retournement tire vers le haut l'ensemble du groupe. La tendance demeure favorable au troisième trimestre, sachant que l'effet de base dont nous avons bénéficié au premier semestre sera moindre en fin d'année. Toutefois, nous dépasserons l'objectif fixé en début d'année, donc nous afficherons une croissance sensiblement au-dessus de +5%.

Boursier.com : Ce retournement sur les professionnels de santé est-il conjoncturel?

P.M. : Il est structurel : nous regagnons des parts de marché suite aux lancements de nos nouvelles offres cloud en mode SAAS, pour les pharmaciens en France, pour les médecins en Grande Bretagne. Le déploiement va se poursuivre et sera progressif, notamment en raison du mode de facturation SAAS. En outre, nous bénéficions aussi d'un effet de base : le premier semestre 2018 s'était avéré médiocre auprès des professionnels de santé.

Boursier.com : Le taux de marge d'EBITDA grimpe à 18,5%. A est-il encore perfectible ?

P.M. : L'EBITDA devrait se maintenir à ce niveau-là au deuxième semestre. Nous avons besoin d'investir, notamment via l'entité Docavenue, en forte croissance, mais qui consomme encore beaucoup d'investissements.

Boursier.com : Concernant votre politique de croissance externe, conserverez-vous la même approche, à savoir des acquisitions relativement petites en taille, mais vous apportant une technologie?

P.M. : C'est notre objectif pour ce qui est de la taille des cibles. En revanche, cela peut certes nous apporter des technologies nouvelles mais aussi des parts de marché, comme Ximantix en Allemagne ou NetEDI en Grande Bretagne. Bien sûr, nos acquisitions relèvent d'une démarche opportuniste et toute acquisition de taille significative serait étudiée. Mais à ce jour, aucune n'est à l'ordre du jour.

Boursier.com : Qu'est-ce qui a présidé à la cession du fonds de commerce aux Etats-Unis ?

P.M. : Il s'agissait de notre dernière entité proposant un produit vieillissant. Nous perdions des clients en l'absence de nouvelle offre, étant donné que nous n'avions pas reçu le feu vert des autorités américaines. L'alternative était soit un investissement majeur pour terminer la nouvelle offre, soit la cession du fonds de commerce. L'acquéreur canadien dispose des autorisations et cela l'intéressait de racheter notre parc clients. Suite à cette cession, l'ensemble de nos offres est désormais au niveau et le défi se situe maintenant au plan commercial pour conquérir des parts de marché.

Boursier.com : Craignez-vous un effet Brexit?

P.M. : Le chiffre d'affaires réalisé au Royaume-Unis atteint 10% du total. Nous pensons que nous ne subirons pas d'effet Brexit car nos charges sont en Livre Sterling. En outre, nous intervenons sur des produits de la sécurité sociale britannique pour lesquels il n'y a pas de résonance européenne.

©2019-2020,

Partenaires de Boursier.com