Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 18/09/2020 à 15h20

Spineguard -1,94% 0,176€

  • ALSGD - FR0011464452
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Pierre Jerome, Directeur Général de Spineguard

Pierre Jerome Directeur Général de Spineguard

Spineguard est à l'aise avec sa consommation de Trésorerie
Pierre Jerome, Directeur Général de Spineguard

Boursier.com : Vous avez parlé d'année 2014 " en demi-teinte " commercialement parlant. Pourquoi?

P.J. : Les résultats de vente ne reflétaient pas les avancées de la société au cours d'une année très prolifique. Les principales difficultés que nous avons rencontrées sont provenues des Etats-Unis où nous réalisons 75% de l'activité : nous avons dû nous adapter à la réforme Obama. La réforme a entraîné une certaine paralysie dans les hôpitaux. En conséquence, nous avons affiné notre stratégie commerciale et renforcé notre marketing afin d'apporter des réponses concrètes et efficaces. Sachant que Spineguard s'inscrit totalement dans le schéma de la réforme, qui promeut des baisses de coûts. Il faut savoir que les chirurgiens sont directement touchés au niveau de leur rémunération par rapport à leurs résultats cliniques et notre instrument permet plus de sécurité.

Boursier.com : Votre produit le PediGuard est-il reconnu par les spécialistes ; a-t-il trouvé son marché ?

P.J. : Nous répondons à un besoin évident des chirurgiens et des patients. Nous sommes désormais dans de grands pays avec des données cliniques solides et un réseau de chirurgiens reconnus qui communiquent lors de congrès internationaux. Notre produit est présent dans 1/3 des centres universitaires formant les chirurgiens à la colonne vertébrale. La moitié en France. On approche les 600 chirurgies par mois. 2000 par trimestre. Notre technologie est plus que jamais en phase ascendante!

Boursier.com : Quel est votre niveau de consommation de Trésorerie ?

P.J. : Nous sommes à l'aise, avec un " cash burn " opérationnel de 3 ME qui nous amène jusqu'à l'année prochaine sans aucun problème. Au-delà, nous avons plein d'options de financements devant nous, sachant que nos besoins ne sont pas énorme... Le " cash-burn " est aujourd'hui un peu supérieur au cash-flow opérationnel, en raison du remboursement de la dette. Le BFR est lui assez limité.

Boursier.com : A quel niveau de chiffre d'affaires se situe votre point mort. Il était évalué à 10 ME par les analystes financiers lors de l'introduction en Bourse en 2013?

P.J. : Nous ne sommes finalement pas si loin des 10 ME de chiffre d'affaires mentionnés par ces analystes! La tendance reste très encourageante sur les Etats-Unis et la France. Le chiffre d'affaires consolidé du premier semestre de Spineguard a augmenté de +41% à 2,9 ME, par rapport aux 2,1 ME du premier semestre 2014. La croissance est de 21% à taux de change constant.

Boursier.com : Comment comptez-vous investir le marché Chinois sur lequel vous pouvez désormais vendre le PediGuard ?

P.J. : Nous sommes présents au Japon, en Russie, en Inde, au Brésil, il nous restait à débuter en Chine... Nous avons enfin obtenu l'autorisation pour nous lancer dans ce qui est le deuxième marché mondial, qui réclame énormément ce type de dispositif, et qui besoin de beaucoup de formation. Beaucoup de chirurgiens vont nous accompagner sur place. Nous discutons et évaluons actuellement un certain nombre de distributeurs. L'objectif est d'obtenir le référencement dans chaque province et ensuite de débuter la commercialisation. Nous pouvons espérer les premières ventes l'an prochain.

Boursier.com : 2 ans après l'introduction le titre affiche un recul de -30%...

P.J. : Nous avons été lourdement sanctionnés suite à la performance de 2014 et nous essayons de démontrer qu'il s'agissait d'un passage difficile aux Etats-Unis. Tous nos fondamentaux sont bien orientés : au niveau commercial, clinique, et le pipeline. Nous délivrons sur tous les éléments annoncés lors de l'introduction. A nous d'aligner plusieurs semestres solides pour retrouver la confiance des investisseurs. L'important est de comprendre que certes, nous ne gagnons pas encore d'argent, mais nous créons de la valeur et continuons à progresser grâce à notre technologie innovante. A terme, nous sommes susceptibles de générer beaucoup de cash, via nos deux importants relais de croissance : la Chine et la vis intelligente pour laquelle nous attendons les premières chirurgies avant la fin d'année.

©2015-2020,