Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/09/2020 à 17h35

Capgemini -0,94% 110,450€

  • CAP - FR0000125338
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Paul Hermelin, Pdg de Capgemini

Paul Hermelin Pdg de Capgemini

Le renforcement de notre activité aux Etats-Unis dope la marge
Paul Hermelin, Pdg de Capgemini

Boursier.com : La croissance organique de 1,4% sur les six premiers mois de l'année n'apparaît pas très tonique chez Capgemini...

P.H. : Cette évolution reflète essentiellement le changement de périmètre d'un gros contrat signé avec les services fiscaux britanniques... Ce phénomène, bien connu des analystes qui nous suivent, coûte près de 3 points de croissance au groupe sur le premier semestre... Notre objectif sur le moyen terme consiste à afficher une croissance moyenne de 5 à 7% par an.

Boursier.com : Quelle est l'évolution des principales géographies où Capgemini intervient ?

P.H. : Les Etats-Unis affichent une situation brillante avec une forte expansion des revenus de notre filiale locale... En revanche, l'Europe subit une évolution plus mitigée avec des revenus sur le second trimestre en léger repli en France.

Boursier.com : Comment expliquez-vous cette situation ?

P.H. : Ce léger repli des revenus reflète un "mix" d'activités défavorable au sein de l'Hexagone... Capgemini a de fortes positions dans les télécoms alors que les opérateurs sont en train de serrer les coûts. Nous sommes également très actifs dans l'aéronautique, secteur dans lequel il y a moins de développements en ce moment... En conséquence, nous devons réajuster notre profil en France. Mais le 'pipeline' de commandes s'avère assez favorable avec de belles affaires signées récemment... En conséquence, la croissance de l'activité en France sur le second semestre devrait être plus élevée que celle affichée sur la première partie de l'année.

Boursier.com : Au sein des pays émergents, un ralentissement est-il perceptible ?

P.H. : Sur les six premiers mois de l'année, la croissance de Capgemini dans les pays émergents s'est élevée à +15%. Nous n'intervenons quasiment pas en Chine... Un autre pays doit être surveillé de près, le Brésil. Mais nous y affichons une bonne croissance sur le premier semestre grâce à des contrats signés auprès de grands établissements financiers. Par ailleurs, l'Australie fonctionne bien ; je souligne d'ailleurs que le marché des services informatiques dans ce pays est plus grand que le marché chinois.

Boursier.com : Dans quels pays comptez-vous renforcer vos positions ?

P.H. : La présence de Capgemini est encore insuffisante en Allemagne. Nous devons également renforcer nos positions au Mexique, de même que dans quelques pays pivot en Asie...

Boursier.com : Votre marge progresse sensiblement sur le début d'année, quelle en est la raison ?

P.H. : Alors que les Etats-Unis constituent la zone la plus rentable chez Capgemini, le renforcement de notre activité dans ce pays dope la marge... L'effet devises joue également de manière favorable du fait de la remontée du Dollar face à l'Euro et de la faiblesse de la roupie indienne face à la devise américaine. L'industrialisation de notre production constitue un autre élément qui explique l'amélioration de la profitabilité.

Boursier.com : Pourquoi avez-vous acheté Igate ?

P.H. : Avec des revenus de 1,3 Milliard de Dollar, l'acquisition d'Igate permet d'augmenter de 35% le chiffre d'affaires que nous réalisons aux Etats-Unis... Cette opération nous apporte quasiment que des nouveaux clients, il n'y a donc pas de doublons ! Grâce à l'intégration d'Igate, notre base indienne est renforcée et compte désormais 85.000 collaborateurs. Enfin, Igate nous apporte également des offres innovantes...

©2015-2020,