Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 14/08/2020 à 16h53

Soitec -0,09% 107,400€

Paul Boudre, PDG de Soitec

Paul Boudre PDG de Soitec

La poursuite de l'amélioration de notre profitabilité ira de pair avec la croissance de notre chiffre d'affaires
Paul Boudre, PDG de Soitec

Boursier.com : Quels sont les relais de croissance de Soitec en termes de débouchés industriels ?

P.B. : Comme nous nous y étions engagés, nous avons recentré au cours des 18 derniers mois notre activité dans l'Électronique... Les principaux débouchés industriels de nos matériaux semi-conducteurs sont liés à l'évolution des besoins pour l'électronique grand public - smartphones, tablettes, objets connectés, multimédia -, l'automobile (de plus en plus connectée) et l'industrie... La croissance de la demande de plaques de 200 mm (qui représentent près de 80% de notre chiffre d'affaires) est liée aux applications de communication (radiofréquence) et d'électronique de puissance. Nos matériaux sont déjà présents dans la quasi-totalité des smartphones vendus dans le monde. Mieux, la surface totale de nos produits utilisée dans les smartphones continue à augmenter, portée par leur complexité croissante liée à l'augmentation du nombre de bandes de fréquence et aux exigences des normes 4G/LTE-Advanced de téléphonie mobile en matière de débit des données, en attendant la 5G sur laquelle nous travaillons déjà. De la même manière, l'accélération de l'intégration de composants électroniques dans les automobiles soutient la croissance de la demande pour nos plaques. Nos ventes de plaques de 300 mm (20% du chiffre d'affaires total du premier semestre 2016-2017) sont en très léger recul, reflétant le déclin continu et anticipé de la gamme de substrats PD-SOI utilisés pour les serveurs et les applications de réseau. Nous comptons cependant sur la montée en régime progressive de plusieurs nouvelles familles de produits. Il s'agit notamment de plaques de 300 mm liées aux applications de radiofréquence, qui viendront compléter notre offre de plaques de 200 mm dans ce domaine, et de plaques pour circuits de communication optique (photonics) ou pour capteurs d'image. Mais, le principal vecteur de croissance pour notre usine de plaques de 300 mm sera incontestablement la montée en puissance de la production de notre produit FD-SOI dont les débouchés sont très larges et les perspectives prometteuses.

Boursier.com : Pouvez-vous rappeler les atouts du FD-SOI ?

P.B. : Techniquement, les substrats de FD-SOI, fabriqués à l'aide de notre procédé Smart CutTM, sont ultra fins et uniformes. Leurs caractéristiques intrinsèques en font un matériau semi-conducteur parfaitement adapté aux applications nécessitant basse consommation, haute performance et très grande fiabilité à des coûts accessibles. On retrouve ces applications dans plusieurs domaines, comme celui de la mobilité, les objets électroniques grand public, objets connectés ou encore l'électronique embarquée dans l'automobile. Le premier produit grand public basé sur la technologie FD-SOI qui vient d'être lancé constitue un très bon exemple. Il s'agit d'une montre de sport intelligente équipée d'une puce GPS gravée sur du substrat FD-SOI. Elle offre 35 heures d'utilisation continue avec le GPS activé, une durée d'autonomie de la batterie deux à cinq fois supérieure à celle des montres semblables disponibles sur le marché. Un tel niveau d'efficacité énergétique ouvre la voie à des applications avec GPS constamment activé dans les smartwatches mais également dans les smartphones ou encore les drones et un grand nombre d'autres applications de l'Internet des objets. Mais, ce qui est aujourd'hui déterminant pour l'adoption du FD-SOI, c'est que son écosystème est en place. Sur le plan industriel, GlobalFoundries et Samsung, deux des plus grandes fonderies au monde, sont engagées avec notre technologie. Elles travaillent sur une offre de production de puces basées sur des plaques de FD-SOI qui est déjà disponible en gravure de 28 et de 22 nanomètres. La génération suivante en gravure de 12 nanomètres est en cours de développement. Ceci ouvre des perspectives de long terme pour les fabricants et concepteurs de composants électroniques qui s'engagent sur une voie technologique dans laquelle ils pourront continuer à faire évoluer leur produit et aller notamment vers la connectivité 5G, l'intelligence artificielle ou encore la voiture autonome.

Boursier.com : Comment résumez-vous les comptes semestriels ?

P.B. : Le désengagement des activités non stratégiques, la croissance profitable de l'activité Électronique et la forte diminution des charges financières nettes ont permis à Soitec de publier un résultat net positif au premier semestre 2016-2017. Le chiffre d'affaires a progressé de 3% soit +4% à taux de change constants. La marge brute s'est améliorée de 3,7 points et a atteint 28,6% du chiffre d'affaires. Cette hausse s'explique par l'augmentation des volumes, un effet mix produits plus favorable et la bonne maîtrise des coûts de production au sein de notre usine dédiée aux plaques de 200 mm qui a opéré à pleine capacité. Le résultat opérationnel courant s'est établi à 9,4 millions d'euros contre 7,9 millions au premier semestre de l'exercice précédent. Nous avons enregistré une charge financière nette de 5,9 millions d'euros, à comparer à une charge de 12,7 millions d'euros au premier semestre de l'exercice précédent. Au total, Soitec a enregistré un résultat net de 3,1 millions d'euros au premier semestre 2016-2017 contre une perte nette de 42,8 millions d'euros au premier semestre de l'exercice précédent.
Malgré la progression de notre EBITDA dans l'Électronique, qui a atteint 18,5 millions, soit un taux de marge d'EBITDA de 16,5% du chiffre d'affaires, le flux de trésorerie lié à l'exploitation a été légèrement négatif, pénalisé par une augmentation ponctuelle de notre besoin en fonds de roulement et à un flux négatif de 4,5 millions d'euros lié aux opérations abandonnées. Les augmentations de capital réalisées au printemps nous ont permis de renforcer considérablement notre bilan. Les fonds propres qui étaient négatifs au 31 mars 2016 ont été reconstitués et s'élèvent à 140 millions d'euros au 30 septembre. Notre endettement net a quant à lui fortement reculé, passant de 170 millions d'euros à 35 millions d'euros.

Boursier.com : A terme, Soitec peut-elle renouer avec sa profitabilité des "belles années" ?

P.B. : A court terme, nous venons de relever notre objectif de marge d'EBITDA. Nous attendons désormais au second semestre 2016-2017, une marge d'EBITDA pour l'activité Électronique du même ordre de grandeur que celle du premier semestre 2016-2017 à savoir 16,5%, alors que nous visions précédemment un niveau de 15% sur l'ensemble de l'exercice. A moyen terme, la poursuite de l'amélioration de notre profitabilité ira de pair avec la croissance de notre chiffre d'affaires et l'augmentation du taux d'utilisation des capacités de notre outil de production.
Nous sommes confiants dans la poursuite de la croissance de nos ventes de plaques de 200 mm. Notre usine de plaques de 200 mm à Bernin près de Grenoble opère aujourd'hui à plein régime, notre carnet de commandes est déjà bien rempli pour les prochains mois et nous allons bientôt pouvoir bénéficier de capacités supplémentaires grâce à notre sous-traitant Simgui basé près de Shanghai. Notre seconde usine de Bernin spécialisée dans les plaques de 300 mm n'opère qu'à moins de 25% de sa capacité. Nous avons cependant atteint le point bas au deuxième trimestre 2016-2017. L'activité de l'usine devrait en effet commencer à rebondir au second semestre 2016-2017, les nouveaux produits compensant la poursuite attendue du déclin du PD-SOI.

Boursier.com : Qu'en est-il du FDI-SOI ?

P.B. : Concernant le FD-SOI, nous disposons actuellement d'une capacité annuelle de 100.000 plaques de FD-SOI mais, grâce aux fonds que nous avons levés au printemps dernier, nous pourrons bientôt investir 40 millions d'euros pour faire monter progressivement cette capacité à 400.000 plaques par an, au rythme de la montée en puissance des commandes. Nous espérons ainsi augmenter significativement le taux d'utilisation de cette usine dont la marge industrielle ne devrait pas être sensiblement différente de celle de notre usine de 200 mm, à savoir supérieure à 30%.

Boursier.com : Un adossement est-il envisageable ?

P.B. : Soitec est un leader mondial de la production de matériaux semi-conducteurs innovants et apporte à ses clients des produits qui associent performance, efficacité énergétique et compétitivité... Avec les moteurs de croissance dont nous disposons dans les domaines de la radiofréquence, de la puissance et du digital - notre feuille de route stratégique est clairement la croissance organique et nous avons aujourd'hui les moyens de déployer cette stratégie. Nous nous appuyons sur des partenaires, comme le CEA dans le domaine de la recherche (actionnaire stratégique par l'entremise de CEA-Investissement), Simgui, notre sous-traitant et licencié chinois, ou encore NSIG, autre actionnaire stratégique voué à nous faciliter la pénétration du marché chinois notamment pour l'adoption du FD-SOI. Toutefois, si cela fait sens, nous ne nous interdisons pas de regarder d'éventuelles opportunités d'acquisitions qui pourraient renforcer notre portefeuille de produits ou de technologies...

©2016-2020,