Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 03/04/2020 à 11h19

Damartex +3,74% 11,100€

  • ALDAR - FR0000185423
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Patrick Seghin, PDG de Damartex

Patrick Seghin PDG de Damartex

Damartex ce n'est pas que Damart !
Patrick Seghin, PDG de Damartex

Boursier.com : Vous êtes parvenus à redresser le ROC au deuxième semestre de l'exercice qui vient de se clôturer. Est-ce pérenne?

P.S. : Le résultat opérationnel a subi une mauvaise conjoncture à l'automne et lors de l'hiver derniers et la machine est repartie au printemps puis en été. En outre, notre croissance est profitable sur le pôle Home & Lifestyle, qui représente désormais 24% de l'activité. C'est important de rappeler que Damartex, ce n'est pas que Damart! Il faut aussi ajouter que la perte enregistrée sur le Résultat net, de près de 35 ME, résulte de dépréciations d'actifs.

Boursier.com : Les ventes du pôle historique, textile, sont toujours en berne...

P.S. : Le textile est en pleine mutation et nous transformons les marques de notre groupe pour y faire face. Nous avons fait le choix stratégique de nous positionner sur une clientèle Seniors : les plus de 55 ans, sachant que les effectifs des plus de 65 ans vont désormais s'accroître de 300.000 nouveaux individus chaque année, lors des 10 prochaines années. Notre défi est de conquérir la vague du baby boom, née entre 1945 et 1955. Nous y parvenons avec un âge moyen de nos clients de 68 ans environ.

Boursier.com : Avez-vous la capacité financière pour mener la transormation en cours?

P.S. : Malgré l'environnement assez chahuté lors du dernier exercice, nous avons réussi à diminuer notre endettement : nous avons enregistré une variation de BFR favorable de 17 ME et nous générons du free cash-flow. Le travail réalisé par les équipes depuis le lancement du plan d'économie il y a un an porte ses fruits. Cela signifie que nous avons les moyens de financer notre transformation. D'ailleurs, l'an passé nous avons maintenu notre niveau de Capex, malgré la mise ne place du plan de redressement.

Boursier.com : L'enveloppe de 10 ME pour le plan de redressement était-elle suffisante?

P.S. : Le plan est pérenne, sachant que, lancé en octobre 2018, il a donné ses pleins effets à partir de février 2019. Nos efforts consistent aujourd'hui à aller chercher la croissance plus qu'à réduire les coûts. L'ambition du groupe est de bénéficier de la croissance de ce marché des seniors, en progression démographique et disposant de pouvoir d'achat.

Boursier.com : Quelle est la stratégie du groupe aujourd'hui? Chercher un rebond sur le textile ou accompagner la décrue avec la montée en puissance du pôle Home & Lifestyle?

P.S. : Au sein de notre portefeuille, nous détenons plusieurs marques de textile en croissance sachant que le vaisseau amiral, Damart, est désormais stabilisé. Ce qui nous a pénalisé l'an passé c'est le recul des ventes d'Afibel de -14%, d'où la dépréciation d'actifs que nous avons passée. Nous sommes aujourd'hui confiants sur la capacité de rebond d'Afibel, même si cela prendra encore un an de transformation.

Boursier.com : A quoi faut-il s'attendre pour ce qui est du chiffre d'affaires et de la rentabilité, pour le nouvel exercice ?

P.S. : Nous voulons faire passer un message de confiance dans la capacité de notre plan de redressement à générer de la croissance. Deuxièmement, nous espérons le meilleur, mais sommes prêts pour le pire. En l'occurrence, l'impondérable concerne le Brexit. Nous sommes prêts à affronter un éventuel plongeon de la consommation en Grande Bretagne où nous réalisons 200 ME de chiffre d'affaires. Sachant tout de même que la résilience du consommateur britannique n'est pas une légende!

©2019-2020,