»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/04/2019 à 17h35

Celyad (ex-Cardio 3 Biosciences) -2,25% 18,280€

  • CYAD - BE0974260896
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Patrick Jeanmart, Directeur Financier de Celyad

Patrick Jeanmart Directeur Financier de Celyad

Nos activités financées jusqu'au second semestre 2020
Patrick Jeanmart, Directeur Financier de Celyad

Boursier.com : Que financez-vous avec la levée de fonds de près de 50 M$ que vous venez de boucler ?

P.J. : Nous avons levé 44 millions d'euros après déduction des commissions bancaires. Cet argent va nous permettre, en plus de la trésorerie disponible actuellement, de financer nos activités jusqu'au second semestre 2020. Tout dépendra de la vitesse à laquelle nous avancerons dans nos études d'enregistrement, qui sont plus coûteuses, car elles nécessitent plus de patients.

Boursier.com : La levée de fonds était assez conséquente et la décote de 15%. Avez-vous facilement trouvé les investisseurs ?

P.J. : Nous avons levé l'argent que nous souhaitions lever c'est-à-dire 44 millions d'euros avant l'option de surallocation. L'opération était planifiée sur deux jours, nous avons cloturé au terme du premier jour compte tenu de la demande importante de la part des investisseurs tant européens qu'américains. Nous avons placé de l'ordre de 50% des actions nouvelles aux Etats-Unis et 50% en Europe, donc un équilibre respecté entre les deux régions. Tous les investisseurs américains n'ont pas souscrit des ADS, certains ont souscrit des actions ordinaires. La liquidité de notre titre est en effet plus importante sur Euronext que sur le NASDAQ. Nous avons la chance d'avoir eu des ordres importants de la part de fonds américains spécialisés que nous avons privilégiés. Dans l'allocation du livre d'ordres, nous avons privilégié les fonds américains spécialisés tels que Millenium, Venbio, Invus, Acuta, Monashee et d'autres, ce qui va non seulement renforcer la crédibilité à la technologie que nous développons Quant à la décote de 15%, il y a un peu de technicité : il faut regarder la décote par rapport au dernier cours sur le NASDAQ parce que l'autorités réglementaire belge, la FSMA, nous a demandé de suspendre le cours lorsque nous avons lancé l'opération. Or, aux Etats-Unis, ce n'est pas possible de suspendre et donc la décote doit être évaluée par rapport au cours de cloture de l'action tel qu'elle était sur le NASDAQ, la veille du placement. Et a ce cours là nous avons une décote de 6,8% : on peut effectivement conclure que le placement a été fait avec une décote de 6,8% ce qui est dans la moyenne et dans les seuils que nous nous étions donnés comme objectif lors du lancement de la transaction.

Boursier.com : Quels sont les prochains rendez-vous clefs de la société à court et moyen terme ?

P.J. : C'est la poursuite des études THINK, SHRINK et LINK ainsi que l'initiation des deux autres approches que nous lançons très prochainement tant en leucémie myéloïde aigue qu'en cancer colorectal, c'est à dire d'une part CYAD-01 en combinaison avec un traitement standard de chimiothérapie, pour les études EPITHINK et SHRINK. D'autre part, nous testerons également CYAD-01 en combinaison avec un préconditionnement du patient, une lymphodéplétion. Ce sont des approches qui seront lancées très prochainement et qui nous donneront des premiers signaux, des premières données de patients d'ici le quatrième trimestre de cette année. Nous comptons communiquer à la conférence de référence American Society of Hematology un état des lieux et les premières conclusions que nous pourrons tirer sur une évaluation sur ses trois approches (en monothérapie, en combinaison avec un traitement standard et avec lymphodéplétion).

Boursier.com : Quelle évolution des dépenses faut-il attendre en 2018 et 2019 ?

P.J. : On s'attend à un consommation de cash de l'ordre de 35 à 40 millions d'euros cette année, en fonction du progrès effectués dans les différentes études cliniques et un montant similaire pour l'année 2019.

Boursier.com : Comment se déroulent les essais SHRINK et LINK ?

P.J. : Nous recrutons les patients et jusqu'à présents les objectifs, qui sont des objectifs d'études de Phase 1 (étude d'évalutation de la toxicité), sont remplis puisque nous progressons dans le recrutement des patients et nous n'avons pas d'événements de toxicité rapportés.

Boursier.com : Le marché s'est inquiété de deux effets indésirables sérieux dans l'essai THINK d'immuno-oncologie. Sont-ils liés à l'administration de CYAD-01 ?

P.J. : Non, et nous souhaitons être très clair sur ce point. Les décès ne sont pas liés à l'administration de la thérapie cellulaire et cette conclusion vient du comité d'expert indépendant, le DSMB (Data Safety Monitoring Board) qui évalue l'ensemble des événements de sécurité observés auprès de l'ensemble des patients. Ces deux patients sont décédés suite à la progression de la maladie, et uniquement à cause de cela. Ceci n'est pas anormal dans des études où nous nous adressons à des patients qui sont sans options, c'est-à-dire réfractaires et en rechute. Il est logique que ces patients, dès lors qu'ils ne répondent plus aux traitements, décèdent. Ce qu'il faut retenir c'est que l'évaluation indépendante faite suite à ces décès a démontré que les décès ne peuvent pas être attribués au traitement reçu.

©2018-2019,

Partenaires de Boursier.com