»
»
»
»
Consultation
Cotation du 20/09/2019 à 17h35

Dassault Systemes +0,58% 130,699€

  • DSY - FR0000130650
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Pascal Daloz, DG adjoint affaires financières et stratégie de Dassault Systèmes

Pascal Daloz DG adjoint affaires financières et stratégie de Dassault Systèmes

Confiants sur la capacité de création de valeur de Medidata au sein de Dassault Systèmes
Pascal Daloz, DG adjoint affaires financières et stratégie de Dassault Systèmes

Boursier.com : Les résultats de Dassault Systèmes sont une nouvelle fois solides (NDLR, CA en hausse de 16% en données publiées). Qu'est-ce qui a tiré le chiffre d'affaires vers le haut?

P.D. : Il est clair que notre plateforme 3DEXPERIENCE est désormais un vecteur essentiel d'innovation et de transformation pour tous les secteurs industriels où se manifeste et s'accélère la volonté d'offrir de nouvelles formes d'expérience client et de nouveaux modèles économiques. Nous enregistrons une progression de 40% du chiffre d'affaires logiciel 3DEXPERIENCE non-IFRS au premier semestre... La croissance organique est ressorti à 10% du chiffre d'affaires non-IFRS et 9% du chiffre d'affaires logiciel non-IFRS au deuxième trimestre 2019.

Boursier.com : L'acquisition de Medidata, la plus importante de l'histoire de la société, ne vous expose t-elle pas à un secteur de la Santé plus aléatoire que vos domaines historiques ?

P.D. : Ce marché est en fait beaucoup plus ouvert que le marché traditionnel manufacturier. Le secteur de la Santé possède de très belles perspectives et recèle d'enjeux majeurs dont celui de son équipement en solutions technologiques. Lorsqu'on observe les dépenses réalisées en R&D ou en innovation de manière générale, la Santé est le secteur qui dépense le plus mais qui produit le moins... Parce que les acteurs sont les moins bien équipés en solutions technologiques! Par ailleurs, le secteur est totalement fragmenté puisque le plus gros acteur pèse moins de 1 Milliard de Dollars. Nous franchirons cette barre grâce à la combinaison de Medidata et de nos activités. D'ores et déjà, notre masse critique nous permet de prétendre pouvoir faire la totalité du cycle, de l'identification de la molécule, à la gestion de portefeuille de médicaments, en passant par les tests cliniques et l'approbation des autorités. Le secteur, comme les autres, s'oriente vers une approche plateforme.

Boursier.com : La société n'affiche pas la rentabilité de Dassault Systèmes...

P.D. : La société est en mode SaaS avec une visibilité à 91% sur son chiffre d'affaires. Elle ne fait que renforcer le modèle récurrent de Dassault Systèmes. Medidata évolue sur une tendance de croissance organique de 15%, presque le double de notre rythme. Et la marge d'exploitation peut nettement s'améliorer! Cela sera un de nos objectifs. On ne parle pas là de réductions de coûts mais de synergies dans le développement : nous disposons d'une infrastructure et d'une masse critique que Medidata n'a pas. Nous avons en mains les leviers permettant de croître plus rapidement.

Boursier.com : Que répondez-vous à ceux qui trouvent que vous avez payé cher cette acquisition ? (NDLR, 5,8 milliards de dollars en valeur d'entreprise)

P.D. : Les perspectives du secteur sont favorables et l'actif construit par cette société, sera très difficile à reproduire par des concurrents. Medidata a accumulé 20 ans d'expérience d'essais cliniques, 5 millions de patients, 11.000 essais enregistrés. Nous sommes confiants sur la capacité de création de valeur de l'opération. Dans quelques années on dira que c'était une bonne affaire à ce prix-là...

Boursier.com : La taille de cette acquisition signifie-t-elle que Dassault Systèmes sera moins actif en matière d'acquisitions pour la suite de l'exercice et au-delà ?

P.D. : Nous avons structuré cette opération en ayant recours à de la dette et dans nos prévisions d'échéanciers de remboursement, nous conservons une capacité à réaliser des acquisitions sur nos métiers historiques. C'est intrinsèque à notre modèle de développement! Bien évidemment il s'agira de croissances externes d'une envergure moindre que celle qui amène au rachat de Medidata.

Boursier.com : La dette est logiquement gonflée suite à l'acquisition de Medidata...

P.D. : Nous levons 4 Mds de dette, 1 Mds provenant d'emprunt court terme à 3 ans, dont une grande partie en dollars. Les 3 Milliards restant seront financés par des obligations avec des échéances connues : environ un tiers sur 3 ans, un tiers sur 5 à 7 ans et un dernier tiers sur 10 ans. L'an prochain nous atteindrons un pic d'endettement de 2,5 fois l'EBITDA et assez rapidement nous repasserons sous un ratio de 2 et en direction du niveau de 1 qui est celui que nous recherchons. L'analyse de notre cash-flow montre que sur le premier semestre, nous avons peu ou prou dégagé autant que sur l'année passée, c'est à dire quasiment 900 Millions d'Euros. Autrement dit, notre capacité de remboursement est très élevée!

Boursier.com : Confirmez-vous les objectifs annuels de bénéfice par action ?

P.D. : Nous avons réintroduit les effets de change, les premières estimations étant calées sur une parité Euro//Dollar à 1,20$. Nous la ramenons à 1,15$... La fourchette de bénéfice par action est évaluée entre 3,45 Euros et 3,50 Euros. 3,50 Euros étant l'objectif que nous nous étions fixés il y a 5 ans...

©2019,

Partenaires de Boursier.com