Cotation du 02/08/2021 à 17h35

Catana Group +3,93% 5,560€

  • CATG - FR0010193052
  • SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Olivier Poncin, PDG de Catana

Olivier Poncin PDG de Catana

Nous avons prévu de fabriquer 180 bateaux cette année et ils sont tous vendus
Olivier Poncin, PDG de Catana

Boursier.com : Vos comptes semestriels témoignent d'une belle résistance, avec entre autre, une rentabilité nette pas loin des 10%... Malgré la crise...

O.P. : Nous savons bien gérer notre entreprise! En l'occurrence durant la période de crise nous avons su anticiper. Nous connaissons et savons donc piloter au mieux nos coûts mensuels de main d'oeuvre, nos coûts de matières premières et les frais généraux ont évidemment chuté en raison de l'absence d'expositions, salons, publicité... Tout ceci nous a permis de gérer au mieux cette période difficile.

Boursier.com : De quelle visibilité disposez-vous aujourd'hui?

O.P. : Après les deux mois et demi de confinement et de fermetures d'usines, la confiance est revenue et nous avons rapidement reconstitué notre carnet de commandes. Aujourd'hui, nous n'avons pas d'inquiétude : nous avons prévu de fabriquer 180 bateaux lors de l'exercice qui se termine dans 3 mois et ils sont tous vendus. De plus, notre visibilité est très bonne pour l'exercice suivant.

Boursier.com : Vos concurrents semblent parfois rebondir moins bien que vous...

O.P. : Nous avons fait le choix stratégique d'entrer dans une phase très dynamique de conception de nouveaux modèles incorporant un certain nombre d'innovations, notamment architecturales. Le Marché aime les nouveautés et lorsque nous sommes en capacité de lui proposer 2 à 3 nouveaux modèles par an, il en est très friand! Clairement notre offre a largement progressé et se positionne de façon très compétitive.

Boursier.com : La conjoncture est-elle toujours compliquée pour les loueurs, vos clients?

O.P. : Nous connaissons en effet toujours l'atonie du marché de la location, notamment parmi nos clients les plus importants, mais nous avons su trouver des clients nouveaux, permettant de non seulement compenser les pertes de commandes auprès d'eux, mais même d'aller au-delà, avec donc une croissance attendue à +15% lors de l'exercice en cours. Mais de façon générale, oui, les loueurs sont toujours en difficulté et vivent une saison plus compliquée que la précédente durant laquelle ils avaient tout de même pu travailler pendant la saison d'hiver.

Boursier.com : Comment faites-vous face à ce problème chez vos principaux clients?

O.P. : Nous ne pouvons évidemment pas nous passer du marché des professionnels qui est récurrent. Il faudra que la confiance revienne, pour que les investisseurs qui participent à l'achat des bateaux, reviennent sur le marché. Cela se produira d'ici une ou deux saisons. Mais pour faire face à ce passage à vide, nous réalisons des bateaux plus à destination des particuliers, lesquels ont pris le relais dans nos ventes. Et je pense que nous sommes en mesure de réaliser une croissance significative l'an prochain, après les +15% attendus lors de cet exercice.

Boursier.com : De quelle capacité de production disposez-vous aujourd'hui?

O.P. : Nous avons la capacité à réaliser 350 bateaux par nos propres moyens, sans investissements majeurs.

Boursier.com : Après l'échec de la reprise de Magic Yacht en Tunisie, le dossier est-il définitivement clos?

O.P. : Oui. Ils n'ont pas souhaité signer un nouveau protocole pour lequel nous pensions avoir trouvé un accord. Mais aujourd'hui, sur nos deux sites français et notre site tunisien nous disposons d'une capacité d'augmenter de 40 à 50% notre production sans investissement majeur. Nous aurions aimé incorporer Magic Yacht et réaliser un bateau de grande taille selon leurs compétences, mais ce n'est pas possible.

©2021