Cotation du 22/10/2021 à 17h20

Abeo -0,36% 13,950€

Olivier Estèves, PDG d'Abeo

Olivier Estèves PDG d'Abeo

Les 250 à 260 ME de chiffre d'affaires annuel visés avant crise restent un objectif...
Olivier Estèves, PDG d'Abeo

Boursier.com : La reprise qui se manifeste est-elle uniforme dans vos différents secteurs d'activité ?

O.E. : Depuis 2002, ABEO enregistre une croissance moyenne d'environ 20% par an qui a été stoppée net sur l'exercice 2020/21. Celui-ci débuté le 1er avril 2020 a été touché de plein fouet par la pandémie entraînant des variations d'activité exceptionnelles. Aujourd'hui, nous observons une reprise progressive dans les divisions Sport et Vestiaires. Elle se fait plus attendre sur la division Sportainment & Escalade, qui a été plus fortement touchée par les périodes de confinement successifs. Cette division mettra un peu plus de temps pour rebondir. Mais au global le Groupe a su démontrer son agilité et sa capacité d'adaptation rapide avec une baisse limitée de notre activité sur l'ensemble de l'exercice à 26,2% alors que les salles de sports et de loisirs sont restées fermées pendant la majeure partie de la période. Les premiers indicateurs 2021/22 dont notamment le niveau de prises de commandes sont encourageants. La sortie de crise mondiale va conduire à la réouverture progressive des marchés clés du Groupe et le déploiement de la vaccination devraient accélérer le rebond de l'activité.

Boursier.com : Vos clients ont-ils suffisamment bien traversé la crise pour se décider à investir de nouveau ?

O.E. : Les prises de commandes au 31 mars 2021 s'élèvent à 171 MEUR, en retrait de 29,3%. Le niveau est satisfaisant comparé à la crainte que les commandes se tarissent avec le manque de visibilité des investisseurs face à la crise. Sur le 4ème trimestre, c'est-à-dire de janvier à mars 2021, nous observons un redressement des prises de commandes sur les divisions Sport et Vestiaires ce qui reflète un certain optimisme de la part des investisseurs alors même que les réouvertures de salles de sport n'étaient encore pas effectives. Un certain attentisme se fait ressentir sur la division Escalade & Sportainment car tout ce qui touche aux loisirs met plus de temps à sortir de crise, qui se traduit par un décalage entre la redynamisation des marchés et les entrées de commandes.

Boursier.com : Les 250 à 260 ME de chiffre d'affaires annuel visés avant crise peuvent-ils constituer, de nouveau, un objectif atteignable relativement rapidement ?

O.E. : Cela reste un objectif atteignable bien sur mais la pandémie est venue bouleverser notre rythme de croissance. Tout dépendra de la vitesse de la reprise, mais nous évoluons sur un marché résilient porté par l'essor de la pratique sportive. Nous pouvons nous appuyer sur des fondamentaux humains, industriels, technologiques et financiers solides qui nous permettent de poursuivre avec ambition notre développement créateur de valeur. ABEO ressort renforcé de cette période et compte profiter pleinement d'une dynamique de marché qui reste porteuse.

Boursier.com : Vous avez sollicité des prêts pour maintenir une Trésorerie confortable de plus de 70 ME, malgré tout songez-vous à un appel au Marché pour faire face à vos développements à venir ?

O.E. : Dès le début de la crise, nous avons renforcé notre trésorerie grâce à des PGE (23 MEUR) et des prêts BPI France (10 MEUR) afin de compenser les effets de la baisse d'activité et préserver nos ressources en temps de crise. Nous avons ainsi pu nous concentrer sur le déploiement du plan de performance afin d'abaisser notre point mort. Ce que nous avons réussi puisque nous sommes parvenus à l'abaisser de plus de 20%. Pour l'instant nos priorités 2021/22 s'articulent autour de 3 axes : maintien des effets du plan de performance, renforcement des synergies et génération de free-cash flows positifs.

©2021