Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 04/12/2020 à 15h49

Invibes Advertising -4,00% 7,200€

  • ALINV - BE0974299316
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Nicolas Pollet, PDG d'Invibes Advertising

Nicolas Pollet PDG d'Invibes Advertising

Ce reconfinement n'a rien à voir avec le premier !
Nicolas Pollet, PDG d'Invibes Advertising

Boursier.com : Comment se déroule ce deuxième confinement ? Les annonceurs ont-ils tendance à stopper leurs campagnes publicitaires comme cela s'est produit lors du premier au printemps dernier?

N.P. : Au printemps dernier, en l'espace de 48h, la moitié des campagnes que nous pilotions se sont mises en pause, soit un arrêt brutal de l'activité. Concernant la période actuelle, une seule campagne a été mise en pause. Les décisions des annonceurs n'ont donc rien à voir avec celles du 1er confinement. Ceci dit, notre marché, généralement très dynamique au 4ème trimestre, s'avère cette fois-ci un peu plus attentiste. Les budgets mettent plus de temps à être validés et sont parfois réduits. Mais rien à voir avec la situation du printemps dernier.

Boursier.com : Avez-vous toutefois bon espoir de vous afficher en croissance au quatrième trimestre, après le -19% du T2 et le +37% du T3...?

N.P. : Oui! La question étant de savoir quel niveau atteindra cette croissance. C'est aujourd'hui impossible à déterminer! Nous sommes malgré tout confiants.

Boursier.com : Vos formats publicitaires spécifiques résistent-ils mieux?

N.P. : Globalement, la publicité digitale s'en sort très bien par rapport aux autres secteurs! Les chiffres publicitaires du cinéma sont catastrophiques, ceux de l'affichage chutent, la télévision, la radio et la presse sont en forte baisse... Et au sein du digital, proposer des offres différenciantes comme le fait Invibes permet de résister encore plus, en conservant et attirant les annonceurs. La frustration qui est la nôtre réside dans le fait que sans Covid, nous aurions réalisé une excellente année!

Boursier.com : Aujourd'hui vous êtes présents dans de nombreux pays. La crise a t-elle ralenti cette implantation?

N.P. : Au Royaume-Uni et en Italie, nous avons déjà conclu des accords avec des éditeurs et plusieurs campagnes sont opérationnelles. Des équipes de vendeurs sont à l'oeuvre. Les choses sont plus compliquées en Allemagne où le développement prend plus de temps que prévu. Paradoxalement, nos implantations ont été accélérées par la situation actuelle car les éditeurs ont besoin de revenus. Cela a accéléré certaines décisions d'éditeurs de premier plan qui, en temps normal, auraient sans doute mis plus de temps à se décider sur nos formats publicitaires.

Boursier.com : Le deuxième semestre 2019 avait été particulièrement solide avec un EBITDA élevé, la base de comparaison ne risque t-elle pas de vous être pénaliser cette année?

N.P. : Le troisième trimestre 2020 a été très bon avec près de 40% de croissance et le mois d'octobre a aussi été bon. Nous avons réussi à bien contenir les coûts. Je reste optimiste pour la fin d'année, même si l'absence de visibilité rend difficile le pilotage et toute prévision.

©2020,