»
»
»
Consultation
Cotation du 18/05/2018 à 17h35

Jacques Bogart +0,22% 9,000€

  • JBOG - FR0012872141
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Nicolas Dewitte, DG adjoint de Groupe Bogart

Nicolas Dewitte DG adjoint de Groupe Bogart

La société se développera par d'autres opérations de croissance externe...

Boursier.com : Après la très légère progression de l'activité au premier trimestre (NDLR : +0,7% à 29,2 ME), comment se présente l'exercice 2018 ?

N.D. : Sur la partie "Boutiques", nous pensons améliorer notre rentabilité, sachant que le marché européen n'est pas particulièrement dynamique, mais nous comptons bien surperformer! Toutefois, la rentabilité est notre priorité, la croissance viendra plutôt de croissances externes avec des rachats de boutiques. Nous visons par ailleurs un retour à la croissance sur l'activité "Diffusion" en 2018, en nous appuyant notamment sur le lancement prometteur du parfum 'Dans ma bulle' de la marque Carven. Celui-ci sera déployé progressivement en Europe, en Asie (mai 2018) et aux Etats-Unis cet été. Un autre parfum est également prévu au second semestre 2018 sur la ligne Carven Collection. L'objectif est d'afficher une croissance annuelle sur les deux activités en 2018. Groupe Bogart vise en parallèle une nouvelle amélioration de sa rentabilité.

Boursier.com : En termes stratégiques, faut-il vous attendre sur l'acquisition d'une nouvelle marque propriétaire, la dernière, Carven datant de 2010, ou comptez-vous vous renforcer sur les marques sous licence ?

N.D. : Notre métier historique consiste à fabriquer des essences de parfums et de cosmétiques. La logique est de racheter des marques, qui ont une histoire forte et que nous essayons de repositionner et redynamiser. Des marques avec du potentiel que nous déployons, à notre vitesse, celel d'un groupe familial, pas obsédé par la croissance à tout prix. Nous travaillons donc avant tout des marques qui nous appartiennent, quitte d'ailleurs à les céder si des occasions se présentent comme ce fut le cas par le passé avec Balenciaga, mais c'est un cas de figure très rare...

Boursier.com : Renforcer les licences ne vous permettrait-il pas de vous développer plus rapidement ?

N.D. : Racheter des licences permet effectivement un développement plus rapide et moins coûteux en termes d'investissements. Mais notre logique est verticale, avec la volonté que nos marques propres génèrent du chiffre d'affaires dans nos propres boutiques, les marges étant supérieures. Idéalement, il nous faudrait tout de même nous renforcer sur des licences, notre portefeuille n'ayant pas évolué depuis quelques temps et nous regardons notamment des opportunités parmi les marques de maquillage, et marques de parfums.

Boursier.com : Concernant l'activité "Boutiques", quelle est votre stratégie d'extension, quel rythme visez-vous ?

N.D. : Nous détenons 30% de parts de marché en Israël, avec une taille critique. En France, notre taille demeure modeste et il y a peu d'opportunités d'acquisitions. Nous préférons nous pencher sur le marché allemand qui propose encore beaucoup de petites chaînes indépendantes, régionales, comme celle que nous avons rachetée il y a un an et demi. Nous regardons aussi d'autres territoires, en Europe de l'Ouest, nos marques ayant la notoriété et la capacité à générer des parts de marché significatives dans des enseignes de parfumeries dans ces pays.

Boursier.com : Pourquoi une stratégie avec des boutiques 100% en propre et aucune franchise ?

N.D. : Nous envisageons l'option de partenariats, plus que de franchisés, grâce à une belle histoire de création de valeur sur ce business de retail. Cette stratégie pourrait intéresser d'autres enseignes et nous pourrions ainsi signer des partenariats pour accélérer la diffusion de nos marques dans d'autres réseaux.

Boursier.com : Quel est l'intérêt d'être coté en Bourse pour la société aujourd'hui, avec un flottant d'un peu plus de 10% seulement ?

N.D. : Si demain une opération de croissance externe se présente, nous serons en capacité de réaction, avec des disponibilités immédiates et la possibilité de lever des fonds. La société se développera par d'autres opérations de croissance externe et des levées de fonds sont envisageables, ce qui donnerait plus de liquidités au titre, sans que la famille propriétaire ne perde le contrôle.

©2018,

Nicolas Dewitte, DG adjoint de Groupe Bogart

Partenaires de Boursier.com