»
»
»
»
Consultation
Cotation du 24/04/2019 à 17h35

Sensorion +3,65% 1,306€

  • ALSEN - FR0012596468
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Nawal Ouzren, DG de Sensorion

Nawal Ouzren DG de Sensorion

Toujours confiants sur le potentiel du SENS-111
Nawal Ouzren, DG de Sensorion

Boursier.com : Quelle est l'origine du retard dans le recrutement de l'étude de phase II que vous avez annoncé la semaine dernière avec SENS-111 dans la vestibulopathie unilatérale aiguë (AUV) et qui a occasionné l'effondrement du titre vendredi (ndlr : -38,02%) ?

N.O. : Il faut rappeler que SENS-111 est engagé sur deux phases II. Celle qui subit un retard est celle concernant l'efficacité dans l'AUV. La raison du retard : l'indication est orpheline mais on se rend compte que le nombre de patients est moindre que ce que l'épidémiologie avait indiqué. Ce qui aboutit logiquement à moins de recrutements possibles. De plus, les critères d'inclusion sont assez stricts ce qui ne facilite pas ce recrutement. Par exemple, certains patients déjà sous traitements, ne peuvent pas rejoindre l'étude. Nous avons donc ouvert d'autres sites cliniques pour remédier à ce point: Pologne, Hongrie, Israël, ce qui a permis de faire progresser les recrutements, mais pas de façon suffisante pour compenser le retard accumulé.

Boursier.com : Est-ce que cela veut dire que le marché est finalement moins important que prévu pour cette indication ?

N.O. : Nous avons toujours expliqué que l'AUV était en quelque sorte une indication pour tester SENS-111, initier un programme clinique avec SENS-111. Les investisseurs ont sans doute interprété l'étude AUV comme traitant tous les vertiges, soit un marché considérable. Or, l'indication AUV est une indication orpheline et nous visions avant tout une preuve de concept auprès d'une population avec un phénotype assez homogène. Nous voulions tester le produit sur cette indication avant de nous lancer sur d'autres indications beaucoup plus importantes comme la migraine vestibulaire par exemple.

Boursier.com : Faut-il comprendre que ce retard ne remet absolument pas en cause le potentiel thérapeutique du produit ?

N.O. : C'est cela d'une part. A ce stade, nous restons confiants sur le potentiel du produit, l'essai en cours est réalisé en double aveugle et nous n'avons aucune information à notre disposition qui change notre évaluation scientifique du programme SENS-111. Et d'autre part, sur le plan commercial, le potentiel de SENS-111 va bien au-delà de cette seule indication et pourrait s'étendre au traitement de nombreux troubles du vertige. Les investisseurs ont fait un raccourci en pensant qu'AUV est un marché énorme, alors qu'il ne s'agit que de la première étape pour accéder à ce marché énorme.

Boursier.com : Où en êtes-vous concernant les autres études cliniques ?

N.O. : Le résultat de la deuxième phase II avec le SENS-111 comparé au standard de soin américain et au placébo, est attendu pour la fin d'année, notamment sur la question de la sédation qui est provoquée dans le standard de soin actuel. Nous aurons des données concernant l'effet de sédation et sur les critères secondaires d'efficacité. Le marché aura donc à sa disposition une évaluation du potentiel du SENS-111 d'ici la fin d'année. Nous avons par ailleurs démarré la phase II du Sens-401, sur la surdité brusque. Le résultat intermédiaire est attendu l'an prochain.

Boursier.com : Au 30 juin, la Trésorerie était de 8,8 ME, jusqu'à quelle date vous mène-t-elle ?

N.O. : Sensorion doit mener trois phases II, ce qui nécessitera inévitablement des fonds supplémentaires par rapport à la Trésorerie du 30 juin dernier. Nous évaluons toutes nos options de levée de fonds pour continuer à financer nos essais cliniques. Par exemple : partenariats, subventions, augmentations de capital.

©2018-2019,

Actualités Sensorion

Plus d'actualités

Partenaires de Boursier.com