Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 04/08/2020 à 14h04

Neovacs -2,22% 0,105€

  • ALNEV - FR0004032746
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Miguel Sieler, directeur général de Neovacs

Miguel Sieler directeur général de Neovacs

Nous avons des pourparlers réguliers avec des sociétés pharmaceutiques en vue d'accorder une option de licence sur notre produit
Miguel Sieler, directeur général de Neovacs

Boursier.com : Quel est aujourd'hui le positionnement de Neovacs ?

M.S. : La technologie de base de Neovacs porte sur le traitement des maladies auto-immunes... Ces dernières sont liées à un dérèglement du système immunitaire. Le corps fabrique alors en excès une protéine que le système immunitaire ne parvient pas à contrôler. Les maladies auto-immunes sont traitées aujourd'hui par immuno-suppresseurs qui contribuent à diminuer les symptômes. On peut également les traiter par anticorps polyclonaux, c'est la voie que nous développons...

Boursier.com : Comment fonctionne ce traitement ?

M.S. : Cette technologie est française, elle a été développée par Daniel Zagury qui est à l'origine de la création de Neovacs. Elle est administrée au malade sous forme de vaccin thérapeutique qui provoque une réponse auto-immune. C'est la réponse que le corps aurait dû donner s'il n'était pas déréglé... Notre technologie vise à sortir le système immunitaire de sa passivité.

Boursier.com : Combien de personnes sont concernées par les maladies auto-immunes ?

M.S. : Les maladies auto-immunes touchent environ 300 millions de personnes à travers le monde... Il s'agit de la polyarthrite, du diabète de type I, du lupus, de la sclérose en plaque... Le développement le plus avancé chez Neovacs porte sur le lupus. Cette maladie affecte 5 millions de personnes dont 80% sont des femmes. Elle est caractérisée par un problème cutané qui est susceptible de toucher d'autres organes comme le foie ou le poumon. Le lupus réduit l'espérance de vie de 15 à 20 ans. Il n'existe aujourd'hui aucun traitement curatif pour le lupus. Un traitement est disponible mais son efficacité est jugée marginale...

Boursier.com : D'autres produits que le vôtre sont-ils en cours de développement pour traiter le lupus ?

M.S. : Un autre anticorps monoclonal se situe en phase III... Mais sa cible thérapeutique est plus large que la nôtre ce qui contribue à affaiblir le système auto-immunitaire. Le traitement de Neovacs pour le lupus se situe aujourd'hui en phase IIb. On devrait connaître les résultats de cette phase IIb neuf mois après avoir recruté les derniers patients. Si tout se passe bien, la commercialisation pourrait intervenir en 2022. Nous travaillons aussi pour adapter ce produit visant le lupus au diabète de type I qui concerne 25 à 30 millions de patients dans le monde.

Boursier.com : Vos moyens financiers sont-ils suffisants pour mener à bien vos travaux ?

M.S. : Tout d'abord, nous avons des pourparlers réguliers avec des sociétés pharmaceutiques en vue d'accorder une option de licence sur notre produit... Le cas échéant, cette option devrait être levée si les résultats de phase IIb sont convaincants. Grâce à ce mécanisme, le financement de la phase III serait alors assuré en grande partie. Neovacs démarre l'année 2017 avec environ 4 ME. Les 3 ME du CIR devraient être versés en mars-avril 2017 et un programme d'equity line porte sur 12 ME. En fonction des nécessités financières de l'entreprise et en respectant l'actionnaire, une levée de fonds constitue une option éventuelle...

©2017-2020,