Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/11/2020 à 17h35

Nicox +4,51% 4,520€

  • COX - FR0013018124
  • SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Michele Garufi, PDG de Nicox

Michele Garufi PDG de Nicox

Retranscript du 'Chat' de Boursier.com avec Michele Garufi, PDG de Nicox
Michele Garufi, PDG de Nicox

Nous avons le plaisir d'accueillir Michele Garufi, PDG de Nicox.
Bonjour à tous et merci de participer à ce dialogue en direct !

marat.safin : Pouvez-vous nous décrire les activités de NicOx et ses projets ?

M.G. : Nous sommes une société biopharmaceutique spécialisée dans les maladies inflammatoires et cardiométaboliques avec une technologie innovante.

ssalim : le cours de NicOx a plus que doublé ces derniers mois ; quelles sont les raisons?

M.G. : Les bons résultats liés à l'étude de phase III du naproxcinod et la clarification sur le processus réglementaire du dossier aux Etats-Unis, ainsi que les progrès réalisés dans le cadre des accords avec Merck et Pfizer expliquent la progression du cours de l'action.

Shalom : Avez vous déjà un plan pour l'acquisition d'une pharma aux USA ?

M.G. : Nous n'avons aucun plan précis, mais il est clair qu'à moyen terme nous regardons attentivement, en vue du développement futur de la société, les opportunités aux Etats-Unis mais également en Europe.

jph : bonjour M. Garufi, où en est la phase 3 de naproxinod concernant l'arthrose du genou ?

M.G. : Ainsi que nous l'avons annoncé ce matin (mardi 3 avril) la deuxième étude de phase III a démarré, et la troisième étude de phase III devrait commencer avant l'été, comme prévu.

ssalim : que pouvez-vous dire à des personnes qui envisagent d'investir dans NicOx ?

M.G. : Nous estimons qu'il existe encore un gros potentiel non pris en compte par le marché, lié notamment au développement et à la mise sur le marché future du naproxcinod ainsi qu'aux développements rapides prévus par Pfizer et Merck sur nos produits. Notre portefeuille recèle également d'autres projets encore à des stades plus précoce de développement mais qui pourraient représenter des opportunités intéressantes.

Nikonox : La molécule du partenariat avec Pfizer (glaucome) est directement passée en phase II. Peut-on imaginer un même scénario pour d'autres molécules ?

M.G. : Si vous vous référez au développement de Merck, on peut dire sûrement que ce qu'ils prévoient aujourd'hui est un développement agressif et rapide que NicOx n'aurait pas eu les moyens de mener à bien isolément.

ssalim : vous avez forcément des concurrents : quels sont vos points forts... et faibles s'il y en a ?

M.G. : Nos concurrents sont les différents acteurs de l'industrie pharmaceutique qui travaillent dans les mêmes domaines d'activité : des grands groupes pharmaceutiques, certaines sociétés biotechs. Nos points forts sont notre position de leader sur la technologie brevetée de donation d'oxyde nitrique, notre portefeuille de produits dont un produit en phase III, ainsi que nos accords avec Merck et Pfizer pour des indications très larges. Même si nous sommes bien structurés et financés, notre principale faiblesse réside dans la limitation de nos ressources actuelles pour des développements qui visent des marchés très importants

nikonnox : M. Garufi,Suivez-vous de près ou de loin l'étude de pPhase I menée aux USA par le NCI pour l'utilisation du NCX4016 dans la pathologie du cancer du colon ?

M.G. : Il faut d'abord préciser que ce n'est pas une étude de phase I mais une étude à long terme chez les patients à risque du cancer du côlon, d'une durée d'au moins deux ans coordonnée et sponsorisée par le National Cancer Institute. Nous ne savons pas quand l'étude sera terminée, cela dépend du recrutement et du déroulement. L'étude n'a pas un objectif règlementaire mais purement scientifique. En relation avec l'investigateur principal, le Dr Rigas, nous en suivant le déroulement.

Naztaz : Quel niveau de prix espère obtenir NicOx pour le naproxcinod : un prix plutôt proche des AINS classiques, un prix plutôt proche des coxibs, lesquels ont obtenus un prix élevé par rapports aux AINS classiques en raison de leurs effets positifs sur la sécurité gastro-intestinale, voire un prix supérieur aux coxibs, en raison des effets cardio et gastro-intestinaux positifs ?

M.G. : Compte tenu du profil innovant et unique de naproxcinod nous pensons cibler un prix au moins égal au niveau des coxibs mais la décision finale sera prise avec nos partenaires commerciaux.

cls500 : Bonjour M.Garufi, actionnaire NicOx depuis le 19 mars 2006, voilà ma question. Vous avez parlé récemment d'une entrée possible sur le Nasdaq , qu'elle seraient les avantages pour nous actionnaires ? Merci pour vos réponses

M.G. : Nous regardons toujours le Nasdaq qui est le marché de référence pour les sociétés de biotechnologies mais dans le cas d'un éventuel listing sur ce marché, nous conserverions également une cotation sur Euronext Paris.

kirikiki : Etant un utilisateur d'AINS (apranax, feldene, celebrex ), ma principale préoccupation c'est la sécurité gastrique. Naproxcinod présente t-il un profil intéressant selon vos premières études ? Et la 305 se fera-t-elle naproxcinod contre apranax ou naproxcinod contre celebrex ?

M.G. : Les données de phase II et III ont déjà montré une amélioration des effets secondaires au niveau gastrique de notre produit vs. naproxène. Le protocole de l'étude 305 est encore en discussions avec des leaders d'opinion en gastroentérologie.

ugno : Monsieur Garufi, les grands laboratoires subissent le contre-coup des médicaments génériques. NicOx et ses molécules prometteuses n'est-elle pas une cible de choix pour ces labos ? Quelle serait votre attitude un cas d'OPA inamicale et avez vous déjà envisagé un rapprochement amical avec un grand groupe pharma ?

M.G. : Je n'ai le souvenir d'aucune OPA hostile dans notre secteur. Si une telle opération se produisait, les actionnaires décideront in fine. C'est un développement de la société que nous ne recherchons pas du tout spontanément et à ce jour nous n'avons jamais envisagé de rapprochement avec un grand groupe, ni même été approchés pour en discuter.

d_gaquiere : Pfizer ne serait-il pas tres intéressé par votre molécule vu l'échec récent du torcetrapib (autre indication) mais aussi effets secondaires de son celebrex ? Ne serait-ce pas une opportunité pour les deux parties?

M.G. : A ce jour, notre collaboration avec Pfizer se limite à l'ophtalmologie et nous n'avons pour le moment aucune discussion au sujet du naproxcinod avec eux.

brunflor : En ce qui concerne le NCX 6560 ,doit on s'attendre à un développement en interne ou en partenariat compte tenu des priorités affichées par votre groupe ?

M.G. : Notre programme c'est de développer pour le moment en interne NCX 6560 jusqu'à obtenir une preuve de concept clinique solide de l'avantage de NCX 6560 sur les autres statines.

ener : Quel est à votre avis dans le futur parmi vos molécules en cours de développement celle qui a le plus fort potentiel commercial ?

M.G. : si on parle de molécules en développement clinique, c'est sûrement le naproxcinod. Si on inclut les projets pré-cliniques, je crois que ce sera... une belle bataille entre le naproxcinod et le projet antihypertenseur de Merck !

monzo38 : Quels seraient les obstacles avant une commercialisation définitive du Naproxinod ?

M.G. : Il faut d'abord terminer le programme de phase III en cours en espérant qu'il confirme les bons résultats obtenus jusqu'à présent. Il faut ensuite préparer méticuleusement tous les aspects du lancement commercial avec notre futur partenaire en créant un dossier pharmaco-économique qui puisse justifier un prix rentable et c'est à ces préparatifs qu'une partie des fonds levés récemment sera allouée dans les deux prochaines années.

hludovic : Qu'en est il pour les résultats de phase II pour les composés Axcan (pathologie hépatique chronique) et Topigen (BPCO) ?

M.G. : Le résultat de phase II de la première étude avec Axcan devrait arriver avant la fin du premier semestre et les résultats de la première étude de phase II chez les patients asthmatiques avec Topigen également à ce moment là. L'étude sur la broncho-pneumopathie chronique obstructive, de phase II, commencera comme prévu avant l'été.

brunflor : pourquoi avoir dit que le partenaire pour la commercialisation du naproxcinod serait choisi d'ici 2008, si la stratégie du groupe est d'amener ses produits le plus "loin" possible pour en tirer un maximum?

M.G. : Nous avons toujours dit que la date la plus éloignée pour trouver un partenaire était avant le dépôt de l'AMM prévu au premier trimestre 2009 nous sommes complètement convaincus que pour maximiser la valeur du naproxcinod nous avons besoin d'un partenaire commercial capable de promouvoir le produit auprès de la grande masse des médecins généralistes, activité qui serait impossible à un nouvel arrivant comme NicOx.

bonand : pourquoi l'étude 302 se poursuit-elle aux USA et non en Europe?

M.G. : Elle se déroule aux Etats-Unis car nous pensons que le recrutement des patients y sera beaucoup plus rapide et donc la finalisation de l'étude sera plus rapide.

Bdodan : L'étude 303 est également annoncée. Combien de temps durera-t-elle ? SVP Merci

M.G. : On devrait commencer l'étude 303 avant l'été et nous donnerons les détails sur le protocole et la durée dans le communiqué de presse qui sera diffusé le jour même du traitement du premier patient.

rj17 : Bonjour M. Garufi, pensez-vous être aujourd'hui en mesure de dire que la société Nicox possède d'autre blockbusters ayant le même potentiel que le naproxinod ?

M.G. : Comme nous l'avons indiqué plus haut une grande partie des molécules de notre portefeuille a un potentiel de blockbuster mais avec des profils de risque très différents compte tenu de l'état de développement des différents produits on ne peut pas comparer le profil de risque du naproxcinod avec celui du NCX6560 qui n'a des résultats que chez l'animal.

sebi120 : les risques d'échecs en ph3 demeurent importants (ex : torcetrapib) considérez-vous qu'il faille évaluer les risques de la même façon pour le naproxcinod ?

M.G. : Absolument pas, dans la mesure où le torcetrapib était une nouvelle molécule dont les modes d'action et les effets secondaires n'étaient pas testés chez l'homme auparavant. Par contre avec le naproxcinod, les deux entités actives qui forment le médicament sont bien connues. Jusqu'à maintenant, dans les milliers de patients traités, on n'a jamais eu d'effets secondaires inattendus ou inexpliqués.

m.mitch : Bonsoir Président, content de vous parler à nouveau. Pourriez-vous nous donner quelques éléments de la grille qui vous servira à déterminer le bon partenariat (droits de co-commercialisation, versement initial, royalties, zone géographique réservée à NicOx, etc.) ?

M.G. : Difficile de donner une grille en direct ce sera un mélange entre : capacité promotionnelle et de marketing du partenaire, droits de commercialisation conservés par NicOx, possibilité que le partenaire nous aide dans notre transformation en société pharmaceutique et sans oublier les conditions financières...

grasse : si le naproxcinod est commercialisé a combien estimé vous l'action?

M.G. : Ce n'est pas notre rôle de définir le cours de l'action notre devoir c'est d'amener le meilleur médicament au patient avec un profil clair, net, et sur le marché le plus tôt possible.

grasse : pourquoi avoir changé de locaux à Sophia ?

M.G. : Tout simplement parce que nous avons grandi. Nous n'avions plus de place dans les précédents ! Venez nous voir et vous verrez que même le président a un petit bureau !

marat.safin : êtes-vous inquiet par le développement pharmaceutique en Inde ?

M.G. : Pour le moment non mais c'est vrai que c'est un marché que nous ne voulons pas oublier mais c'est vrai que c'est un marché pharmaceutique difficile à pénétrer pour un groupe naissant en termes de concurrence d'acteurs indiens, nous ne sommes pas inquiets car notre molécule naproxcinod est couverte par brevet international jusqu'en 2019.

grasse : Combien d'employés maintenant ?

M.G. : Le plan pour fin 2007 est un effectif de 127 personnes (entre Sophia-Antipolis et le centre de recherche de Milan).

gegen : Bonsoir, ou en est l'accord des autorités médicales sur le Naproxcinod au Japon ?

M.G. : On reprend maintenant contact avec les sociétés japonaises étant donné que le Celebrex a été récemment approuvé par les autorités japonaises avec un prix intéressant. Il faut bien garder à l'esprit que les négociations avec les autorités japonaises sont longues et complexes.

hludovic : M. Garufi, prenez vous le temps de vous reposer de temps en temps? J'imagine que votre emploi du temps est surchargé. En tout cas, merci et bravo pour votre dévouement, votre volonté pour lutter contre les maladies.
vogue : mr garuffi merci beaucoup de nous faire rêver avec vos résultats prometteurs je vous souhaite toute la réussite que vous méritez et par la même occasion a nous aussi petit porteurs
NAPROCOOL : Quel sont vos hobbies ou sports avez vous une vie en dehors de NicOx ?

M.G. : J'ai eu le courage de faire à nouveau deux jeunes enfants qui me tiennent beaucoup occupé ! A part ça c'est la musique et le sport que je pratique, football, natation et vélo.

Animateur : Merci beaucoup, le mot de la fin ?

M.G. : Soyez confiants, comme tous les employés et moi-même l'avons été durant la période difficile que nous avons traversé entre 2003 et 2006 et que, également grâce à vous, nous avons pu dépasser je vous assure que nous restons très concentrés chez NicOx en sachant que rien n'est gagné. J'ai appris de la vie qu'il est plus difficile de remonter la pente que rester au top... donc nous travaillons maintenant encore plus qu'avant !

©2007-2020,

Actualités Nicox

Plus d'actualités