Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 10/07/2020 à 14h21

Ecoslops -0,47% 10,650€

  • ALESA - FR0011490648
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Michel Pingeot, Président et cofondateur d'Ecoslops

Michel Pingeot Président et cofondateur d'Ecoslops

Nous commencerons à vendre du carburant marin fin mars
Michel Pingeot, Président et cofondateur d'Ecoslops

Boursier.com : Quel est le Business Model d'Ecoslops qui s'introduit en Bourse de Paris ?

M.P. : Il s'agit de traiter des résidus maritimes chargés en hydrocarbures, non traités, pour produire de nouveaux carburants. Nous avons mis au point une technique de raffinage nous permettant de récupérer les résidus et 80% d'entre eux sont ensuite transformés. Nous souhaitons nous imposer comme un acteur majeur de la valorisation des déchets hydrocarburés marins, lesquels sont en croissance régulière, à près de 98 millions de tonnes par an.

Boursier.com : Vous annoncez une levée de fonds d'environ 15 ME. Que souhaitez-vous financer ?

M.P. : Nous voulons accélérer le développement avec un objectif de 3 projets signés d'ici à 2017, sous réserve notamment de l'obtention des ressources financières suffisantes et de plusieurs projets de développement à l'étude, en Europe et à l'international.

Boursier.com : Vous avez obtenu un permis d'exploiter pour le site de Sinès au Portugal. Quand débutez-vous la production ?

M.P. : Nous sommes en période de démarrage de cette micro-raffinerie. Nous commencerons à vendre du carburant marin fin mars. Il faut préciser que nous encaissons déjà des revenus, sans commercialiser de carburant, car nous fournissons aussi d'autres services, comme la collecte de résidus. Le site de Sinès dispose d'une capacité de production de 19.200 tonnes de carburant maritime recyclé par an, pouvant être portée à 26 400 tonnes. L'approvisionnement de l'unité est en partie assuré par l'exclusivité de la collecte des déchets hydrocarburés sur le port de Sinès, garantie par un contrat de sous-concession de 15 ans, et un accord de partenariat avec MSC, deuxième armateur mondial de porte-conteneurs.

Boursier.com : Justement, de façon générale, comment comptez-vous vous approvisionner en résidus pétroliers maritimes ?

M.P. : Deux sources d'approvisionnement : les navires qui font escales à Sinès nous demandent, pour une grande partie d'entre eux, de prendre en charge leurs résidus. Par ailleurs, nous les achèterons aussi à des collecteurs dans d'autres ports.

Boursier.com : Quel est le prix des slops, ces résidus pétroliers ?

M.P. : Le marché des résidus est avant tout constitué de négociations de gré à gré entre acteurs. Il est clair qu'il est lié au prix du baril de pétrole. Les ports ont l'obligation de collecter et se font payer pour ça. Ils essaient ensuite d'écouler les slops. Nous sommes en position de force en raison de la baisse du prix du baril de pétrole.

Boursier.com : Dans l'autre sens, la baisse du prix du pétrole qui fait baisser le prix du carburant marin est une mauvaise nouvelle pour vous...

M.P. : Le prix du carburant marin est connu, publié tous les jours. Il est sensible au niveau du prix du baril de pétrole. Le prix moyen moyen est de 480$ la tonne pour le mois janvier 2015, il a un peu baissé, mais nous estimons que notre modèle à un point mort de rentabilité en EBITDA qui se situe relativement bas, aux alentours de 300$ la tonne, ce qui correspond à un baril de pétrole autour de 35$.

©2015-2020,