Cotation du 22/09/2021 à 15h33

Altamir -1,04% 23,800€

Maurice Tchenio, Président de la gérance d'Altamir Amboise

Maurice Tchenio Président de la gérance d'Altamir Amboise

2007 a été un exercice exceptionnel
Maurice Tchenio, Président de la gérance d'Altamir Amboise

Boursier.com : Quel bilan tirez-vous de l'année écoulée ?

M.T. : 2007 a été un exercice exceptionnel. Nous avons significativement augmenté la taille du véhicule coté, avec un total de l'actif qui atteint 492 Millions d'Euros fin 2007, à mi-chemin de notre objectif du Milliard d'Euros. Malgré la dilution entraînée par l'augmentation de capital, l'Actif Net Réévalué a progressé de 8,8% sur 2007, à 15,14 euros, ce qui est très satisfaisant. A périmètre et méthodes de valorisation et comptable comparables, la hausse aurait même été de 23%...
Boursier.com : En matière de cessions, êtes-vous satisfait du résultat obtenu ?

M.T. : Le volume de cessions a atteint un record à 69,1 Millions d'Euros et 46,5 Millions d'euros de plus-values ont été dégagées. En dépit de la forte baisse qui a touché le marché des LBO sur le second semestre de l'exercice écoulé, le volume d'investissements a également été bien orienté avec 108 Millions d'euros investis et engagés. Notre portefeuille comprend désormais 38 participations de grande qualité dont 10 représentent 81% de l'actif.
Boursier.com : Comment expliquez-vous la baisse du marché des LBO ?

M.T. : On observe effectivement une forte baisse des très grosses transactions, celles qui concernent des opérations de plus d'un Milliard d'Euros. Les banques conservent sur leurs livres un volume important de dettes non syndiquées et ce surplus doit être digéré. Elles sont confrontées à un risque de syndication sur certains de ces engagements, et ne connaissent pas précisément l'ampleur de ces risques. Le marché des très gros LBO d'importance est donc tari.
Boursier.com : Cette situation vous affecte-t'elle ?

M.T. : Altamir Amboise ne travaille pas sur les très gros LBO mais plutôt sur ceux compris entre 100 Millions d'Euros et 1 Milliard d'Euros. Il est clair qu'il est actuellement plus compliqué et plus long de monter une opération reposant en grande partie sur le levier de l'endettement, mais les opérations qui portent sur des entreprises moyennes de grande qualité sont toujours possibles..
Boursier.com : Quelle est la part de Séchilienne-Sidec dans votre ANR ?

M.T. : Séchilienne-Sidec demeure notre plus importante participation et pèse 26% du total de l'actif. Le titre de cette société a baissé sur les dernières semaines dans un contexte très difficile pour les valeurs moyennes. Les fonds de SICAV et FCP dédiés à cette catégorie de la cote ont fait l'objet de demandes de rachat significatives. Alors que pour la plupart ils recèlent de gros gains potentiels sur Séchilienne, ils ont pris leurs gains sur le dossier.
Boursier.com : Quel est votre sentiment sur GFI ?

M.T. : Les fondamentaux de l'entreprise sont de qualité, nous sommes très confiants sur les perspectives de la société. Nous avons investi dans GFI pour des raisons structurelles. Nous soutenons le projet du management qui est de porter le chiffre d'affaires à 1 Milliard d'Euros avec un mix de croissance interne et externe, tout en améliorant la rentabilité.
Boursier.com : Quelles sont les perspectives d'Altamir Amboise sur 2008 ?

M.T. : Mon sentiment concernant le marché du LBO est qu'après plusieurs années de vache grasse, on devrait vivre 2 à 3 années de vache maigre. Ce qui ne nous empêche pas d'afficher pour Altamir Amboise des perspectives 2008, en termes d'investissements et de cessions, en ligne avec les deux années écoulées.
Boursier.com : Comment expliquez-vous la forte baisse de votre cours de bourse ?

M.T. : Le volume d'échanges sur Altamir est assez faible ce qui contribue à accentuer les écarts. Les investisseurs ont décidé de fuir les valeurs perçues comme financières ce qui a eu des conséquences négatives pour notre titre. Si l'on recalcule l'ANR sur la base des cours du 4 février 2008, il ressort à 13,80 Euros ce qui démontre l'importance de la décote qui nous frappe.

©2008-2021