Cotation du 22/03/2023 à 17h24

Global Bioenergies -1,15% 2,140€

  • ALGBE - FR0011052257
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Marc Delcourt, PDG de Global Bioenergies

Marc Delcourt PDG de Global Bioenergies

Atteindre le break even en 2026
Marc Delcourt, PDG de Global Bioenergies

Boursier.com : L'augmentation de capital de 7,5 ME, garantie, que vous avez lancée, sera-t-elle suffisante pour atteindre la rentabilité ?

M.D. : Nous avons consommé environ 1 ME par mois en 2022 et notre Trésorerie était de 8,8 ME au 31 décembre. Nous levons des fonds aujourd'hui en avance de phase. L'augmentation de capital est garantie par un pool d'actionnaires institutionnels et nous sommes sûr d'atteindre les 75% nécessaires pour que l'opération soit valide. Nous pensons que notre "burn rate" va désormais se réduire pour atteindre le break even en 2026. D'ici là, nous comptons faire fonctionner commercialement notre unité Horizon 2. Et nous espérons financer l'unité de l'Horizon 3, l'usine de 2.000 tonnes qui doit nous permettre d'atteindre l'équilibre financier, d'ici l'été.

Boursier.com : A quoi s'attendre en termes de décollage de votre chiffre d'affaires ?

M.D. : Notre usine dans l'est de la France permet de fabriquer de l'isododécane à l'échelle de la dizaine de tonnes par an, sachant qu'avec une tonne on produit 500.000 unités de maquillage. Nous avons débuté la production et évidemment L'Oréal est notre premier client. Il s'agit de notre première activité commerciale avec 600 KE de chiffre d'affaires au S2 2022. Nous attendons un chiffre d'affaires en millions d'euros au premier semestre 2023. Les analystes nous suivant attendent entre 6 et 10 ME pour la totalité de l'exercice 2023.

Boursier.com : La présence de L'Oréal au capital peut-elle freiner les collaborations avec d'autres acteurs du secteur des cosmétiques ?

M.D. : Notre partenariat n'est pas exclusif et nous voulons développer notre innovation le plus largement possible. L'origine naturelle des ingrédients dans la cosmétique devient incontournable. L'Oréal a un objectif de 95% de produits d'origine naturelle à horizon 2030 et d'autres acteurs prennent un chemin similaire. Or, notre molécule n'est pas substituable et, à notre sens, tous les acteurs devront l'utiliser.

Boursier.com : Quel type de maquillage peut intégrer votre molécule ?

M.D. : Notre molécule est la base du maquillage longue tenue : rouge à lèvres, mascaras, etc... Le maquillage longue tenue... Nous permettons pour la première fois de combiner la longue tenue et l'origine naturelle dans le maquillage.

Boursier.com : A quel horizon allez-vous financer l'usine de l'Horizon 3?

M.D. : Une banque d'affaires travaille sur le financement de cette usine. Nous espérons la financer avant l'été et la faire démarrer mi-2026.

Boursier.com : Lorsque vous avez changé votre fusil d'épaule en mettant les cosmétiques au coeur de votre stratégie, on avait compris que les biocarburants n'étaient plus votre priorité. Aujourd'hui reviennent-ils au premier plan ?

M.D. : Cela devenait difficile de parler biocarburants routiers en 2018 parce que le Monde basculait vers le tout électrique. Nous avons effectivement fait pivoter notre stratégie vers la cosmétique. Nous avons rapidement obtenu le soutien de L'Oréal devenu notre 1er actionnaire en 2019 avec 13,1%. Aujourd'hui, il y a une forte demande de biocarburants dans l'aérien et notre technologie fonctionne parfaitement pour cette industrie. Cela fait 5 ans que nous travaillons à leur certification auprès de l'ASTM, l'organisme certificateur. Nous espérons passer l'étape clé de la certification dans les toutes prochaines semaines.

Boursier.com : Mais devrez-vous arbitrer entre les cosmétiques et les biocarburants en termes de priorité ?

M.D. : Notre procédé fonctionne aujourd'hui uniquement à petite échelle et donc uniquement pour des marchés de niche, comme celui des cosmétiques et plus précisément du maquillage. Un autre marché de niche s'est récemment ouvert à nous, dans un tout autre domaine : celui de la Formule 1. La FIA a décidé de se passer totalement de pétrole à partir de la saison 2026/2027. Nous sommes les seuls acteurs à proposer des biocarburants performants. La Formule 1 représente seulement quelques centaines de tonnes de carburants et nos produits, des ingrédients haute performance pour formuler les essences, pourraient représenter 10 à 15% du mélange, ce qui correspond bien à notre échelle de production actuelle. A plus long terme, lorsque le coût de notre procédé aura décru, grâce à des usines plus grandes et à l'amélioration de notre procédé, des marchés plus importants notamment dans les carburants, vont s'ouvrir à nous.

Boursier.com : Quel est le coût de votre unité de production Horizon 3 ?

M.D. : Le coût est supérieur à 50 ME et sera supporté par notre filiale, société de projets, Via Vieridia. Concernant l'utilisation des fonds que nous souhaitons lever : globalement, ils se divisent en trois tiers pas tout à fait égaux. Un premier tiers doit permettre de renforcer la chaîne de production actuelle (Horizon 2), un deuxième tiers pour les études d'ingénierie de l'usine ViaViridia (Horizon 3) et le dernier tiers pour la R&D en prévision de l'exploitation future.

©2023

A lire aussi sur Global Bioenergies

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités