Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 14/08/2020 à 15h01

Quantum Genomics -2,23% 2,635€

  • ALQGC - FR0011648971
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Lionel Segard, PDG de Quantum Genomics

Lionel Segard PDG de Quantum Genomics

Surpris de la réaction boursière...
Lionel Segard, PDG de Quantum Genomics

Boursier.com : Comment analysez-vous la chute du titre depuis l'annonce de vos résultats de phase IIa dans l'hypertension (-14% lundi puis -19,50% mardi) ?

L.S. : Je dois avouer que nous avons été assez surpris de la réaction boursière, qui ne nous paraît pas refléter la qualité des résultats présentés dimanche lors du congrès de la Société Européenne d'Hypertension (ESH) à Milan. Après une forte progression de notre cours de bourse au cours des dernières semaines, avec une hausse de plus de +60% du titre depuis le point bas de mi-avril, les prises de bénéfices ont été fortes. Lorsqu'on analyse cette baisse, on constate qu'il s'agit plutôt d'investisseurs court terme qui ont arbitré la nouvelle et l'ont même anticipée quelques jours avant. Les investisseurs long terme n'ont pas bougé et se sont même renforcés, c'est du moins ce qui ressort des contacts que nous avons pu avoir avec certains d'entre eux.

Boursier.com : Sur le fond, que retenir de l'étude ?

L.S. : Les résultats sont positifs et permettent à l'entreprise de passer un jalon important dans son développement : la tolérance, qui avait été démontrée chez les volontaires sains, a été confirmée chez les malades. Les données ont mis en évidence un effet du traitement par QGC001 sur la baisse de la pression artérielle, sur une population qui n'est pourtant pas notre coeur de cible car il s'agissait avant tout d'une étude sur des patients faiblement hypertendus. Les marqueurs biologiques, qui évoluent lorsqu'on utilise un inhibiteur classique de la pression artérielle, n'affichent aucun changement, ce qui démontre bien que notre produit n'agit pas par les mêmes voies que les produits existant sur le marché. Nous sommes donc bien en présence d'une nouvelle classe thérapeutique particulièrement innovante. Enfin, l'étude a montré également que l'effet antihypertenseur du QGC001 est d'autant plus important que la pression artérielle chez les patients est élevée. Tous ces résultats vont dans le même sens et les données ont été très bien reçues par la communauté scientifique. Ces résultats ont parfaitement répondu à nos attentes : le produit QGC001 pourrait donc être particulièrement adapté à la population des hypertendus à haut risque cardiovasculaire que nous ciblons et qui constitue le plus fort potentiel de marché compte tenu de l'absence de traitement satisfaisant à ce jour. Nous avons passé une étape majeure !

Boursier.com : Qu'implique le fait d'avoir réalisé l'étude auprès d'une population qui n'est pas celle que vous visez ?

L.S. : Tout d'abord il faut rappeler que c'était une obligation réglementaire de démarrer par une étude sur des patients ne présentant pas un haut risque cardio-vasculaire. Nous démontrons une efficacité sur une population qui affiche une hypertension inférieure à celle de la cible que nous visons, ce qui est particulièrement encourageant. Notre coeur de cible est constitué des malades souffrant d'une hypertension compliquée voir résistante. Il a été démontré qu'il existe, au niveau du cerveau, un contrôle de la pression artérielle. Cette voie agirait comme un variateur et serait surexprimée chez certains patients qui ont un problème de régulation de la pression artérielle, notre coeur de cible. In fine nous visons 1/3 de la population des hypertendus, ce qui représente 1/9 de la population mondiale. Nous sommes loin d'un marché de niche...

Boursier.com : En cas de succès et de mise sur le marché, n'y a-t-il pas un risque que les pouvoirs publics soient peu généreux dans le remboursement ?

L.S. : Nous ne nous comparons pas aux médicaments existants, notre produit étant complètement différenciant, car agissant par des voies différentes. Nous nous intéressons à des patients en échec de traitement. Lorsque vous adressez un marché non satisfait, avec un produit différenciant, amenant un bénéfice aux patients, j'ai la faiblesse de croire, que notre produit aura un prix correct de remboursement. On parle ici de quelques centaines d'Euros par an seulement, loin des niveaux de coûts d'anticancéreux, par exemple.

Boursier.com : Quel est le timing de la suite de l'étude ?

L.S. : L'étude élargie qui va être menée aux Etats-Unis, comprenant 250 malades avec un profil particulier d'hypertendus présentant un haut risque cardiovasculaire voire résistants, devrait débuter lors du 2nd semestre de l'année en cours.

Boursier.com : Allez-vous solliciter le Marché ?

L.S. : Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'évoquer, comme dans toutes sociétés de biotech, différentes options peuvent se présenter. Nous pouvons envisager un partenariat, local ou global, avec un laboratoire pharmaceutique qui financerait une étude locale ou plusieurs études. Nous pouvons aussi envisager des financements non dilutifs : subventions ou obligations comme nous l'avons fait par le passé. Nous pouvons aussi faire appel au marché par augmentation de capital.

©2017-2020,

Actualités Quantum Genomics

Plus d'actualités