Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 08/07/2020 à 16h04

La Française de l'Energie +0,32% 15,500€

  • LFDE - FR0013030152
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Julien Moulin, Président de la Française de l'Énergie

Julien Moulin Président de la Française de l'Énergie

33 unités de cogénération soit un chiffre d'affaires annualisé de 35 ME et un Ebitda de l'ordre de 45%
Julien Moulin, Président de la Française de l'Énergie

Boursier.com : Pourquoi votre technologie contribue-t-elle à la réduction des émissions de CO2 ?

J.M. : Après la fermeture de l'activité minière, la France avait la possibilité de noyer les galeries, de fermer simplement les puits mais avec un risque lié à l'effet cocotte-minute ou de construire une petite cheminée qui fait office de puits de décompression. Selon les sites, le choix effectué a été différent... Notre approche consiste à capter le gaz présent dans ces anciennes galeries minières en évitant son rejet dans l'atmosphère. De plus, en contribuant à remplacer le gaz importé par du gaz local, notre travail permet de réduire l'empreinte carbone. La Française de l'Energie est d'ailleurs soutenue par la région Hauts-de-France dans le cadre de la transition écologique...

Boursier.com : Pour ce qui est de cette technologie, la France est-elle en retard par rapport aux autres pays européens ?

J.M. : La France est effectivement en retard alors que cette spécialité a déjà fait ses preuves à l'international... En Allemagne, le tarif de rachat de l'électricité verte a été mis en place dans les années 2000. Le plus gros acteur allemand de notre métier affiche une capacité de 300 MW alors que celle de La Française de l'Energie est de 12 MW. Au Royaume-Uni, la plus importante société en ce domaine exploite une centaine de sites. Précisons que le captage du gaz présent dans les anciennes galeries minières n'intéresse pas les grands groupes car il s'agit ici de petites unités décentralisées...

Boursier.com : Quel est le potentiel du gisement de ces anciennes galeries dans l'Hexagone ?

J.M. : Réalisée essentiellement en Hauts-de-France, notre production en rythme annuel se situe aujourd'hui à 77,7 Millions de m3. Pour ce qui est du stock de gaz présent au sein de nos concessions, il est évalué à 11,6 Milliards de m3. Ces réserves représentent donc plus de 150 années de production au rythme actuel...

Boursier.com : Quels sont vos objectifs en termes de capacités ?

J.M. : La Française de l'Energie dispose aujourd'hui de 6 centrales de cogénération en Hauts-de-France et de 2 autres en Belgique. Au total, cela représente 12 MW installés. Nous visons d'ici fin 2021 un total de 33 unités de cogénération, 27 en Hauts-de-France et 6 en Belgique. Cela correspond à 49,5 MW installés avec un chiffre d'affaires annualisé de 35 Millions d'Euros et un Ebitda de l'ordre de 45%.

Boursier.com : Comment allez-vous financer votre développement ?

J.M. : Dans un premier temps, un certain nombre d'investisseurs historiques nous ont accompagné en injectant du cash dans l'entreprise. Par la suite, l'introduction en bourse a permis de conforter la situation financière. Nous avons aujourd'hui une trésorerie non négligeable de plus de 5 ME tandis que le cash-flow opérationnel est positif. En outre, des partenaires bancaires sont à nos côtés. En conséquence, nous sommes en mesure de maîtriser le calendrier des prochains investissements...

©2020,

Actualités La Française de l'Energie

Plus d'actualités