»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/04/2019 à 17h37

Engie (EX GDF SUEZ) +0,26% 13,335€

  • ENGI - FR0010208488
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Judith Hartmann, DG adjoint en charge des Finances et des Business Units Royaume-Uni et Amérique du Nord d'Engie

Judith Hartmann DG adjoint en charge des Finances et des Business Units Royaume-Uni et Amérique du Nord d'Engie

Toutes nos activités, à l'exception du nucléaire en Belgique, sont en croissance
Judith Hartmann, DG adjoint en charge des Finances et des Business Units Royaume-Uni et Amérique du Nord d'Engie

Boursier.com : Comment s'explique la bonne performance opérationnelle du groupe à 9 mois ? Notamment la progression du ROC (+7,7% en organique, ndlr)

J.H. : Nous avons en effet publié de bons résultats à 9 mois qui démontrent la solidité du modèle d'ENGIE et le succès de notre repositionnement stratégique entamé en 2016. Toutes nos activités, à l'exception du nucléaire en Belgique, sont en croissance : dans la production d'électricité bas carbone, nous aurons mis en service d'ici fin 2018 2 GW de capacités éoliennes et solaires et nous avons eu en 2018 une forte augmentation de la production d'électricité hydraulique, en France et au Brésil ; dans les infrastructures, nous détenons plus de 27 milliards d'euros d'actifs régulés en France, nous avons bénéficié en 2018 de la mise en oeuvre de la régulation du stockage de gaz en France et comptons des développements importants à l'international, en particulier en Amérique Centrale et en Amérique du Sud; dans les solutions clients, nous avons réalisé des acquisitions ciblées dans les services aux Etats-Unis, nous constatons une croissance du carnet de commande dans les activités d'installation ainsi que l'augmentation du nombre de contrats de ventes d'électricité et de gaz en offres de marché en France. Par ailleurs, nos activités d'achat et de vente d'énergie ont été particulièrement performantes, dans un contexte de marché favorable en Europe et en raison du changement du mode de gestion de certains contrats long terme. Enfin, notre programme de performance Lean 2018 continue de porter ses fruits. Tous ces effets positifs viennent plus que compenser l'impact de l'indisponibilité d'unités nucléaires belges sur la période. Le ROC, en croissance de +7.7% en organique, est porté par les taux de croissance de l'Ebitda expliqués par les effets mentionnés ci-dessus ainsi que par des amortissements moins élevés qu'en 2017.

Boursier.com : Où en est la situation en Belgique et l'arrêt prolongé des réacteurs nucléaires ? Quel sera le coût pour Engie en 2018 ?

J.H. : Nous avons actuellement 5 unités nucléaires à l'arrêt sur 7, certaines pour des raisons de maintenance habituelles, d'autres pour problèmes techniques ponctuels, et notre priorité est de remettre ces centrales en service, en respectant toutes les conditions de sûreté et en coopération étroite avec les autorités belges. Nous attendons un taux de disponibilité à 52 % pour l'année 2018, qui induit une contribution financière négative des activités nucléaires du Groupe attendue à 600 millions d'euros au niveau de l'Ebitda.

Boursier.com : Quels seront les grands défis d'Engie en 2019 ?

J.H. : Au-delà du redémarrage de l'ensemble des unités nucléaires belges, nous arrivons à la fin de notre plan à 3 ans, lancé en 2016, qui visait à redessiner le portefeuille en repositionnant Engie sur des métiers en croissance (la production d'électricité bas carbone, les infrastructures, et les solutions clients) et en réduisant l'exposition aux prix des commodités par des programmes de cessions et d'investissements de croissance importants (environ 15 MdsE chacun), à préparer le futur en investissant spécifiquement dans les vecteurs de croissance à moyen terme par le biais de l'innovation et du digital, à améliorer la performance avec un plan Lean 2018 de 1,3 MdE d'économies nettes impactant l'Ebitda pour renforcer notre compétitivité et en adaptant le Groupe pour le rendre plus agile, en particulier du point de vue organisationnel. Ce repositionnement s'est traduit dès 2017 dans nos résultats financiers par un retour de la croissance organique, et son succès se confirme dans nos résultats à fin septembre 2018 puisque nous enregistrons une croissance organique de notre Ebitda de 5%. En 2019, il s'agira de poursuivre sur cette voie et même d'accélérer sur certaines activités. Nous annoncerons ainsi, aux alentours de la présentation de nos résultats annuels 2018 en février prochain, les décisions que nous aurons prises en ce sens.

Boursier.com : Quelle est la situation du Bilan du groupe au 30/09 ?

J.H. : Notre structure financière est très solide, les agences de notation internationales placent d'ailleurs Engie en tête de son secteur de ce point de vue. Depuis fin 2015, nous avons ainsi réduit la dette nette financière du Groupe d'environ 7 MdsEUR en maintenant un ratio de dette nette financière / Ebitda inférieur à 2.5x. Par un management efficace de notre dette, le coût moyen de la dette brute a également été en baisse constante pour atteindre aujourd'hui 2,53% (contre 2.99% fin 2015).

Boursier.com : Rappelez-nous la politique d'Engie en matière de distribution ?

J.H. : Au titre des résultats 2018, Engie a annoncé une nouvelle politique de dividende, avec un dividende en hausse (+ 7,1 % par rapport à 2017) à 0,75 euro par action en numéraire. Ce dividende 2018 correspond à un ratio de pay-out indicatif d'environ 70%. La politique de distribution au-delà de 2018 devrait être présentée lors du Capital Markets Day évoqué précédemment.

©2018-2019,

Partenaires de Boursier.com