Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 22/01/2021 à 17h35

Onxeo (ex-BioAlliance Pharma) -1,15% 0,690€

  • ALONX - FR0010095596
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Judith Greciet, Directeur Général d'Onxeo

Judith Greciet Directeur Général d'Onxeo

Onxeo s'est réorganisé suite à l'échec du Livatag
Judith Greciet, Directeur Général d'Onxeo

Boursier.com : Suite à l'échec du Livatag en phase III à l'automne 2017, quels sont les nouveaux relais de croissance créateurs de valeur d'Onxeo ?

J.D. : Onxeo s'est réorganisé et recentré sur des produits à mécanisme d'action assez spécifiques et innovants, notamment l'un d'eux permettant d'intervenir sur les mécanismes de réparation de l'ADN tumoral : AsiDNA, qui est le produit le plus avancé que nous avons racheté via DNA Thérapeutics il y a 2 ans. Le produit est entré en phase clinique début avril. L'étude vise à confirmer qu'il a une activité chez l'homme. Il s'agit d'une phase I donc il faut évaluer la " safety " et envisager la dose clinique optimale à la fin de l'étude. AsiDNA est le produit qui porte le plus de potentiel de création de valeur pour Onxeo à court terme.

Boursier.com : Combien de temps doit durer la phase I?

J.G. : Il est très compliqué de dire combien de temps l'étude durera. Nous augmentons les doses au fur et à mesure pour déterminer quel sera le palier de dose le plus efficace, prenant en compte la " safety ". Nous pouvons imaginer que d'ici la fin d'année, nous devrions avoir les premières données d'activité à travers les biomarqueurs. Ce qui nous permettra de savoir si le produit est actif. En parallèle, nous poursuivons des études précliniques chez l'animal, qui vont nous permettre de pouvoir justifier de l'étendue des utilisations possibles d'AsiDNA en association avec d'autres solutions comme la radiothérapie, la chimiothérapie...

Boursier.com : Vous avez récemment obtenu deux financements. Ne sont-ils pas potentiellement dilutifs...

J.G. : Le premier est un financement obligataire auprès de SWK, prévoyant des redevances sur ventes futures. Il s'agit d'une transaction non-dilutive. Nous monétisons des revenus futurs contre un up-front immédiat. La deuxième opération est une " equity line " annoncée vendredi dernier, avec une émission de BSA pouvant être exercés à hauteur de 500.000 Euros minimum par mois sur 10 mois. Onxeo pourra toucher un maximum de 5,4 ME. La décote sur les titres émis n'est que de 5%. L'originalité c'est qu'Onxeo recevra une partie de la plus-value éventuelle que pourrait réaliser Nice & Green, notre partenaire pour cette opération. Cela permet d'aligner les intérêts.

Boursier.com : On imagine que l'arrêt du développement du Livatag a réduit votre consommation de Trésorerie...

J.G. : Les besoins en Trésorerie d'Onxeo sont en effet moindres après l'échec de Livatag en phase III. Nous financions une phase III et aujourd'hui, nous ne portons plus qu'une phase I. De plus, suite aux résultats décevants de Livatag, nous avons mis en place un plan d'économies. Notre consommation de Trésorerie a fortement diminué. Onxeo disposait de 9,3 ME de Trésorerie et d'une visibilité jusqu'à mi-2019, avant les deux opérations récentes de financement, qui nous portent jusqu'au troisième trimestre 2020...

Boursier.com : N'avez-vous plus rien à espérer avec le Livatag ?

J.G. : Nous n'investissons plus de montant en R&D sur le produit. Mais il pourrait y avoir un intérêt à poursuivre des études, ce qui doit passer soit par un partenariat, soit par une licence. Mais le constat qui s'impose est difficile : un domaine très compétitif avec beaucoup de produits en développement, notamment ceux d'immunothérapie qui ont le vent en poupe actuellement. Les paramètres ne sont pas les plus simples pour signer un partenariat...

©2018-2021,