Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 12/08/2020 à 14h38

Lectra -0,52% 19,040€

Jérôme Viala, directeur général adjoint de Lectra

Jérôme Viala directeur général adjoint de Lectra

Nous avons publié des comptes très solides pour le premier semestre
Jérôme Viala, directeur général adjoint de Lectra

Boursier.com : Comment s'est déroulé ce premier semestre ?

J.V. : Nous avons publié des comptes très solides pour le premier semestre avec une forte hausse des commandes de nouveaux systèmes à 64,3 ME +12%, du chiffre d'affaires à 138,5 ME +8%, et du résultat opérationnel à 18,5 ME +13%. Parallèlement, le cash-flow libre a été particulièrement élevé, à 16,3 ME en augmentation de 9,1 ME par rapport au premier semestre 2016. Cette dernière performance continue de démontrer la capacité du modèle économique de Lectra à générer un cash-flow libre important, même en période de croissance du chiffre d'affaires, grâce à un besoin en fonds de roulement structurellement négatif.

Boursier.com : Quelles sont prévisions annuelles ?

J.V. : Le 9 février, nous avions annoncé pour 2017, un objectif de croissance du chiffre d'affaires de 6% à 12% et du résultat opérationnel courant de 7% à15 %, à données comparables. L'activité et les résultats du premier semestre nous confortent dans l'atteinte de cet objectif, qui reste donc plus que jamais d'actualité.

Boursier.com : La remontée de l'Euro est-elle une mauvaise nouvelle pour vous ?

J.V. : Oui, elle l'est, même si les effets dans nos comptes des variations des parités des devises sont aujourd'hui beaucoup moins importants qu'ils ne l'étaient il y a quelques années, en raison de la forte progression du chiffre d'affaires et des résultats que nous avons enregistrée depuis 4 ans. Compte tenu de la part estimée du chiffre d'affaires et des dépenses réalisée en dollar ou dans des devises corrélées au dollar, une augmentation de l'euro de 5 cents par rapport au dollar se traduit par une augmentation mécanique du chiffre d'affaires annuel 2017 d'environ 5 ME et du résultat opérationnel annuel de 2,8 ME. D'un point de vue concurrentiel, le positionnement premium de Lectra, qui s'est renforcé ces dernières années, nous protège contre les effets négatifs d'un euro trop fort, par rapport à des concurrents qui, dans leur majorité, fabriquent leurs produits en Chine alors que Lectra les fabrique en France.

Boursier.com : Quel est le poids du SaaS dans vos ventes ?

J.V. : Nous n'avons pas encore débuté la vente de logiciels en mode SaaS. L'année 2017 est consacrée à tester nos nouvelles offres SaaS, services Cloud et nouveaux produits compatibles avec les principes de l'industrie 4.0 auprès d'un nombre croissant de clients. Le lancement commercial de ces nouvelles offres se fera progressivement, à partir de début 2018. Les ventes de nouvelles licences de logiciels que nous allons transformer progressivement en abonnements récurrents, représentent aujourd'hui 5% du chiffre d'affaires. Cette évolution vers le modèle économique SaaS se fera donc avec un impact très limité sur le chiffre d'affaires et la trésorerie de la société, pendant la période transitoire, avant d'avoir un effet positif à long-terme.

Boursier.com : Comment imaginez-vous l'avenir du tour de table après la sortie d'André Harari ?

J.V. : Nous n'attendons pas de modification majeure. La partie flottante du capital est passée à un peu plus de 80% avec le départ d'André Harari et la cession de ses titres. Cette augmentation du flottant devrait se traduire par une meilleure liquidité du titre et une augmentation des volumes d'échanges. Ensuite, Lectra a toujours été opéable ! Daniel Harari, qui est maintenant Président-Directeur Général a clairement annoncé qu'il comptait rester encore 10 ans à la tête du groupe.

©2017-2020,