Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 27/10/2020 à 17h35

Euromedis Groupe -4,76% 14,000€

  • ALEMG - FR0000075343
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Jean-Pierre Roturier, Fondateur et ex PDG d'Euromedis

Jean-Pierre Roturier Fondateur et ex PDG d'Euromedis

Euromedis devrait atteindre un chiffre d'affaires annuel compris entre 170 et 180 ME
Jean-Pierre Roturier, Fondateur et ex PDG d'Euromedis

Boursier.com : Euromedis fait partie des sociétés de santé, "gagnantes" de la crise, avec une envolée du chiffre d'affaires. Acceptez-vous le terme ?

J-P.R. : J'ai créé Euromedis pour répondre aux problèmes liés aux virus d'il y a 35 ans et aujourd'hui la société est pleinement mobilisée pour répondre à la problématique de la Covid-19. C'était le but de cette entreprise : répondre à ce genre de situations à travers la protection du professionnel de la santé et du patient. Mais aussi la protection globale d'une population.

Boursier.com : Après un premier semestre remarquable, la visibilité demeure t-elle forte pour la société ?

J-P.R. : La société devrait atteindre un chiffre d'affaires annuel compris entre 170 et 180 ME eu égard au niveau de facturation enregistré sur le troisième trimestre. La leçon de la crise est la suivante : nous avons élargi notre cible du marché professionnel vers un marché de masse, grand public.

Boursier.com : Les difficultés dans la Distribution sont-elles en voie d'être résolues ?

J-P.R. : Nous avons accompli un gros travail depuis 5 ans de façon à améliorer la situation. Il était nécessaire de nous mettre en adéquation avec les désidérata de nos clients qui privilégient le canal de vente Internet. Cela signifie une réduction des magasins, mais aussi des investissements importants sur la vente on-line. L'équilibre devrait être atteint en 2021 et nous n'en serons pas loin dès 2020.

Boursier.com : Paradoxalement, la crise, si elle vous a favorisés pour ce qui est des équipements de protection, a aussi fait plonger la filiale présente dans les équipements hospitaliers, Biomat. Où en êtes-vous?

J-P.R. : C'est compréhensible dans la mesure où les hôpitaux ont aujourd'hui d'autre soucis à gérer que celui des investissements d'équipements. Cette activité est en redressement judiciaire pour faciliter sa reprise. Il faut aussi savoir qu'elle a réalisé un chiffre d'affaires de 1 ME, soit moins de 1% de l'activité globale du groupe. L'entreprise doit trouver un relais industriel pour se relancer.

Boursier.com : Trois ans après l'OPA, y a t-il un intérêt à maintenir le titre coté à vos yeux?

J-P.R. : Le transfert sur Euronext Growth ne préfigure pas de retrait de la cote. Il permet de faire de non négligeables économies. Il n'y a pas de réflexion quant à un éventuel retrait de la cote.

Boursier.com : La société peut-elle réaliser des acquisitions?

J-P.R. : Le groupe s'est complètement désendetté et disposera de quelques moyens pour se renforcer et regarder de possibles opérations de croissance externe dans un métier en concentration. Beaucoup de nos confrères ont des difficultés à s'approvisionner et notre métier devient compliqué. Nous souhaitons être parmi les consolidateurs. Nous visons des cibles dans les produits consommables qui soient complémentaires aux nôtres. Notre offre est certes déjà large avec une clientèle diversifiée, mais justement nous visons à renforcer ce positionnement notamment auprès du grand public à travers un réseau de revendeurs.

©2020,