Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 07/08/2020 à 17h06

Paulic Meunerie -0,62% 6,420€

  • ALPAU - FR0013479730
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Jean Paulic, PDG de Paulic Meunerie

Jean Paulic PDG de Paulic Meunerie

En Bourse pour accélérer sur le marché de l'alimentation des insectes d'élevage
Jean Paulic, PDG de Paulic Meunerie

Boursier.com : Paulic a lancé le processus pour une introduction en Bourse. Présentez-nous la société.

J.P. : Paulic meunerie est un acteur historique de la farine de froment et de sarrasin en Bretagne. La société transforme le grain en farine et possède trois unités de fabrication en Bretagne. Nos clients sont les artisans-boulangers, mais aussi des industriels de la biscuiterie, pâtisserie, des charcutiers traiteurs. Nous travaillons aussi avec des grandes surfaces qui disposent de leur propre boulangerie. Enfin, nous livrons aussi la restauration en farine de blé noir : crêperies, pizzerias.

Boursier.com : A qui appartient Paulic aujourd'hui?

J.P. : A moi même et mon épouse. Je représente la quatrième génération de meuniers de la famille fondatrice.

Boursier.com : Pourquoi la Bourse? Votre taille plaide plus pour un financement bancaire ou par des fonds privés...

J.P. : Après un crédit bancaire de plus de 9 ME qui nous a permis de lancer des travaux sur notre activité traditionnelle, nous avons besoin de fonds pour accélérer sur la nouvelle activité. Notre troisième moulin fonctionne en effet sur une technologie révolutionnaire, baptisée "Oxygreen" nous permettant de nettoyer le blé de façon particulièrement efficace. Cela lui confère des propriétés qui nous permettent de viser deux nouveaux marchés : celui de la panification, avec notre produit "Qualista", une farine très haut de gamme axée sur la nutrition santé. Et enfin l'alimentation des insectes d'élevage avec le produit Nourrifibre, un son de blé ozoné .

Boursier.com : Quel est le potentiel de ce nouveau marché que vous visez?

J.P. : C'est un secteur qui se développe fortement avec à terme un marché colossal répondant à des enjeux sociétaux et environnementaux forts. Notre produit est dépourvu de toxicité et possède beaucoup de fibres solubles plus facilement absorbables et digérables par les insectes. Il permet une croissance plus saine et plus rapide de l'insecte. De plus, l'aspect sanitaire du produit permet d'abaisser fortement son taux de mortalité.

Boursier.com : Quelles sont les propriétés du procédé?

J.P. : Nous traitons la même matière première qu'en meunerie traditionnelle. L'ozone purifie et décontamine le grain. En la passant par le procédé Oxygreen, nous obtenons ainsi un bénéfice sanitaire et des avantages nutritionnels pour les insectes. Une action oxydante permet aussi d'obtenir des propriétés panifiables supérieures à une farine normale, pour l'humain.

Boursier.com : Générez-vous déjà du chiffre d'affaires via ce procédé?

J.P. : Environ 1 ME, soit 12% du chiffre d'affaires total, dont 600 KE pour la seule nutrition d'insectes.

Boursier.com : Comment passe t-on d'un peu plus de 8 ME de chiffre d'affaires l'an passé à 50 ME en 2023, ce qui est votre objectif annoncé?

J.P. : La moitié de l'activité sera encore générée par le coeur de métier historique à cette date. Pour cette partie, nous avons mis en oeuvre un plan de développement de 9,3 ME, financé par crédit bancaire et subventions publiques. Pour la partie farine enrichie et alimentation d'insectes, nous avons besoin de financer de nouveaux outils industriels. D'où l'introduction en Bourse. L'accélération de ce nouveau marché, en l'occurrence des investissements des acteurs du secteur, nous impose d'accélérer nous aussi pour répondre à la demande.

Boursier.com : Quel montant de levée de fonds visez-vous?

J.P. : Dans l'attente du feu vert de l'AMF, nous ne donnons pas cet élément. Ce qu'on peut dire c'est que la société a besoin d'un financement de 9 ME dont une partie sera autofinancée. L'opération boursière sera supérieure à 6 ME.

Boursier.com : Qu'en est-il de la rentabilité?

J.P. : En 2018, la société dégageait un résultat d'exploitation de 233 KE touché transitoirement par le plan d'investissements lancé sur notre principal site de production. Mais grâce à ces investissements, nous allons passer la capacité de production de froment à 66.000 tonnes par an, contre 20.000 tonnes actuellement et les capacités de production de blé noir à 23.000 contre 4.000 tonnes aujourd'hui. Cette augmentation des capacités de production associée à la progression attendue des produits à forte valeur ajoutée issus de notre procédé Oxygreen doivent contribuer à l'appréciation de nos marges et à la progression de notre rentabilité.

©2020,