Cotation du 06/12/2021 à 17h35

Esker -4,41% 325,000€

Jean Michel Bérard, PDG d'Esker

Jean Michel Bérard PDG d'Esker

Une OPA n'est pas une crainte pour l'équipe dirigeante...
Jean Michel Bérard, PDG d'Esker

Boursier.com : Pouvez-vous rappeler à qui s'adresse vos solutions ?

J-M.B. : Nos solutions s'adressent aux services administratifs et financiers des entreprises. Nous les commercialisons en direct auprès des grandes entreprises et nous passons par des partenaires pour les entreprises de taille plus réduite. Dans tous les cas, les entreprises les plus intéressées sont celles qui reçoivent ou émettent beaucoup de factures ou de bons de commandes.

Boursier.com : Quels avantages procurent-elles ?

J-M.B. : Nos solutions contribuent à la transformation numérique des services administratifs et financiers. En permettant de lire et de comprendre le contenu des documents de gestion (factures, bons de commandes, avis de virement, ...), nos logiciels d'intelligence artificielle éliminent les tâches fastidieuses comme la saisie et la recherche de documents. Ils permettent aussi de doubler la productivité des employés tout en offrant une visibilité parfaite sur l'exécution des différents processus.

Boursier.com : Quel est le rythme de progression de votre segment de marché ?

J-M.B. : D'après les différents cabinets d'analystes, le marché sur lequel nous évoluons progresse de 11% à 12% par an en moyenne. Ce chiffre est à mettre en regard de la croissance de nos solutions SaaS qui s'établit à 26% pour le premier semestre 2021.

Boursier.com : Comment se situe Esker vis-à-vis de ses concurrents et qui sont-ils ?

J-M.B. : Esker automatise à la fois le cycle clients (Order-to-Cash ou O2C) et le cycle fournisseurs (Procure-to-Pay ou P2P) ce qui est une position unique sur le marché. Ce double positionnement nous place en face de concurrents qui varient en fonction des solutions. Lorsqu'on parle de factures fournisseurs (P2P) nous faisons face à des acteurs importants tels que Coupa ou Basware que nous parvenons à battre grâce à notre interface utilisateur et à la meilleure performance de notre intelligence artificielle pour l'extraction du contenu des factures. Sur la partie achat (sourcing et procurement) de ce même cycle, nous sommes encore un peu en retard par rapport à ces deux acteurs mais ce retrait sera vite comblé en raison des importants investissements R&D que nous réalisons en ce moment. Pour le cycle client (Order-to-Cash), nos principaux concurrents sont HighRadius et BillTrust. Nous sommes un peu en retard par rapport à eux lorsqu'il s'agit de la gestion des paiements mais nous disposons d'une avance considérable pour le recouvrement et l'envoi de factures en conformité avec les différentes législations sur la facture électronique.
D'une manière générale, la plupart de nos concurrents ont construit leurs offres en consolidant différentes solutions qu'ils ont acquises sur le marché. Les interfaces utilisateurs sont différentes d'un module à l'autre et l'intégration de leurs logiciels dans l'environnement des clients demandent des efforts de consulting très supérieurs qui renchérissent encore le coût d'acquisition de leurs solutions.

Boursier.com : Votre commentaire sur les résultats semestriels...

J-M.B. : Nous avons publié un excellent premier semestre 2021 avec un chiffre d'affaires en progression (+22%) remarquable par rapport à la même période de l'an dernier. De ce fait, tous nos indicateurs se sont améliorés pour atteindre des niveaux record. Notre profit avant impôt progresse de 53% et notre profit net de 40%. Notre trésorerie nette s'est accrue de plus de 10 MEUR entre juin 2020 et juin 2021. Dans le même temps, nos prises de commandes sur ce premier semestre sont en progression de 64% par rapport à l'année dernière ce qui laisse augurer une bonne fin d'année 2021 et un bon début d'année 2022.

Boursier.com : Enfin, craignez-vous une OPA ?

J-M.B. : C'est effectivement une éventualité depuis que le management ne dispose plus de la majorité du capital. Cependant, les OPA hostiles sont rarissimes dans notre secteur. Ce n'est donc pas une crainte pour l'équipe dirigeante.

©2021