Cotation du 23/07/2021 à 17h35

Esker +1,20% 253,000€

  • ALESK - FR0000035818
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Jean Michel Bérard, PDG d'Esker

Jean Michel Bérard PDG d'Esker

Nous avons rouvert le dossier des fusions-acquisitions
Jean Michel Bérard, PDG d'Esker

Boursier.com : Esker est-il en situation de leadership mondial sur son marché ?

J-M.B. : Esker fait partie des leaders mondiaux et détient un leadership sur certains segments de marché tels que le traitement de la facture fournisseur ou celui des bons de commande client.

Boursier.com : Qui sont vos concurrents ?

J-M.B. : Les principaux concurrents d'Esker sont Nord-Américains comme Coupa, Kofax ou Open Text. D'autres sont d'origine scandinave comme Basware ou Medius. Il existe également des concurrents locaux dans les différents pays où Esker est installé. On peut citer Itesoft ou Sidetrade en France par exemple.

Boursier.com : Quelle est la part des entreprises qui ne sont pas encore équipées de solutions de dématérialisation telles que la vôtre ?

J-M.B. : Nous estimons à 50% la part des entreprises qui ne sont pas encore équipées ou mal équipées avec des logiciels obsolètes et incomplets. Cette question est difficile car le périmètre du marché de la dématérialisation n'est pas encore parfaitement défini et continue d'évoluer rapidement. Par exemple, les problématiques de paiement et de financement des factures sont apparues récemment tout comme l'intégration des achats à la facturation fournisseurs.

Boursier.com : Etes-vous satisfait des résultats 2020 ?

J-M.B. : Dans le contexte de la pandémie, nous sommes très satisfaits de notre performance en 2020. Les volumes de documents que nous confient nos clients se sont réduits au cours de l'année 2020 et en particulier au deuxième trimestre ce qui a eu pour effet d'atténuer notre croissance qui est passée de 18% à 9%. Mais la croissance est restée nettement positive. Dans le même temps, les nouvelles signatures se sont multipliées car les prospects se sont rendus compte qu'au-delà du retour sur investissement qu'elles procurent, nos solutions permettent aux entreprises de continuer à facturer leurs clients et à payer leurs fournisseurs même quand tout le personnel administratif et financier est contraint de télétravailler. Nous avons fait de grandes économies sur les frais marketing (salons, séminaires, etc.) et sur nos frais de déplacement tout en réduisant le rythme de nos recrutements. Ce qui a eu pour effet de légèrement augmenter le niveau de notre profitabilité qui s'établit à 10% après impôts.

Boursier.com : Que comptez-vous faire de votre cash ?

J-M.B. : Au-delà du retour d'un dividende normal, nous avons rouvert le dossier des fusions-acquisitions. Les prix des startups qui nous intéressent n'a pas baissé mais notre valorisation s'est considérablement appréciée au cours de l'année 2020 ce qui rend cette stratégie à nouveau envisageable.

Boursier.com : Etes-vous opéable ?

J-M.B. : Le noyau dur du management ne détient que 20% des droits de votes ce qui nous rend opéable. La valeur d'un éditeur de logiciels est essentiellement dans les cerveaux de son management et de ses employés ce qui rend les OPA hostiles difficilement praticables.

©2021