»
»
»
»
Consultation
Cotation du 16/07/2019 à 17h35

Figeac Aéro +1,16% 12,160€

  • FGA - FR0011665280
  • SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro

Jean-Claude Maillard PDG de Figeac Aéro

Malgré les incertitudes, Figeac Aéro va continuer à surperformer le marché de l'aéronautique...
Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro

Boursier.com : Figeac Aero a bouclé un bel exercice le 31 mars dernier. Avec toutefois un bénéfice net pénalisé par les changes...

J-C.M. : Le résultat net avant variation "mark to market" de nos couvertures de changes, progresse de 34,5% et, cet indicateur est beaucoup plus révélateur de la performance économique du groupe. La variation "mark to market", négative, est sans effet cash mais les normes comptables nous contraignent à considérer une provision pour risque. La moyenne des couvertures de changes du groupe ressort à 1,1770$ au 31 mars 2019, contre 1,1235$ un an auparavant, nous subissons donc logiquement une perte, mais non-cash.

Boursier.com : Qu'annoncez-vous au Marché en termes d'objectif de chiffre d'affaires pour l'exercice en cours? Les 520 ME visés pour 2020 sont-ils toujours d'actualité?

J-C.M. : Les analystes nous suivant attendaient, il y a quelques mois, entre 495 et 515 ME de chiffre d'affaires. Nous étions assez en phase avec cette fourchette, mais nous sommes plus prudents aujourd'hui, du fait de l'arrêt de l'A380, de l'arrêt du CRJ chez Bombardier et des cadences moins soutenues pour l'A350... De plus, nous ne connaissons pas encore la stratégie de Safran et ses besoins concernant le moteur Leap-1B de Boeing. Au final nous préférons ne pas donner d'objectif de chiffres d'affaires car la parité Euro/Dollar peut encore évoluer.

Boursier.com : Quels sont les autres objectifs pour l'exercice en cours?

J-C.M. : Les grands défis consistent à continuer à surperformer la croissance du marché de l'aéronautique qui ressort entre 4 et 5% chaque année. Est-ce que nous ferons +8%? +11%? Nous avons trop de zones d'ombres pour le savoir aujourd'hui. Par ailleurs, nous allons continuer à dégager un Free Cash-flow positif. Depuis que nous sommes côtés en Bourse, notre FCF était négatif et depuis deux ans, nous avons décidé d'y mettre un terme. C'est le cas pour l'exercice clos en mars dernier avec 12 ME, ce sera le cas pour l'exercice en cours ainsi que pour le suivant. Enfin, nous avons pour ambition de maintenir un taux d'EBITDA similaire à celui qui était le nôtre lors de l'exercice précédent. La conséquence de tout cela sera un désendettement du groupe.

Boursier.com : Vous évoquez un "refinancement structurant" à horizon 2022. A quoi faites-vous référence?

J-C.M. : Pour l'heure, nous sommes concentrés sur la nécessité de poursuivre la croissance organique, via notre quinzaine de sites à travers le monde. Nous avons des leviers pour les faire quasiment tous progresser, développer leur chiffre d'affaires et surtout améliorer leur performance. Cela ne veut pas dire que si une très elle opportunité se présente nous ne la regarderons pas. Mais nous ne cherchons pas à faire de la croissance externe pour le moment, nous attendons qu'elle se présente...

Boursier.com : Que vous inspire le récent rachat de Latécoère?

J-C.M. : Je constate que le Private Equity rachète une société cotée avec une prime de 35% et je me dis que la Bourse valorise donc moins bien notre secteur... On est sur des cas assez similaires lorsque Spirit rachète Asco l'an passé ou lorsque Sonaca rachète LMI en 2017 : les industriels, comme le Private Equity, valorisent mieux que la Bourse...

Boursier.com : Ces acteurs-là pourraient donc vous proposer une offre de rachat de vos 75% au capital...

J-C.M. : Je ne veux pas vendre, parce que je souhaite pleinement porter les projets en cours, et mener à bien les plans d'action à mettre en oeuvre dans nos usines lors des trois années qui viennent.

©2019,

Partenaires de Boursier.com