Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 25/09/2020 à 16h15

Figeac Aéro -5,80% 2,600€

Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro

Jean-Claude Maillard PDG de Figeac Aéro

Le 'Mark-to-Market' ne reflète pas la réalité économique de l'entreprise!
Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro

Boursier.com : On a constaté, dans vos comptes semestriels, votre exposition aux variations de devises... (NDLR : Le groupe est susceptible d'encaisser un résultat net négatif, de plus de 23 ME pour une base de parité Euro/Dollar de 1,26 ou de 64,41 ME sur une base parité Euro/Dollar de 1,18)...

J-C.M. : Il s'agit d'une écriture comptable, "Mark-to-Market", passée au moment de l'arrêté des comptes et qui ne reflète pas la réalité économique de l'entreprise. Je tiens à préciser que le "mark to market" n'a aucun effet "cash"... Simplement, nous avons prévenu le marché que nos couvertures représentent un manque à gagner par rapport à un taux de l'Euro de 1,0750$, du 31 mars, jour où on a arrêté nos comptes. Autrement dit, si nous n'avions pas été couverts, nous aurions pu gagner ces sommes mentionnées... C'est extrêmement paradoxal puisque plus le Dollar est fort, mieux je prépare l'avenir, mais les règles comptables m'obligent à prévenir le marché que nos couvertures sont à des taux bien moins bons que 1,0750$... L'ensemble de nos couvertures, soit 750 M$, valorisé aux taux contractuels, de 1,255$ pour l'exercice en cours, 1,245$ pour l'exercice prochain et 1,18$ pour le dernier et rapporté à la parité de 1,0750$, fait apparaître un manque à gagner de 75 M$. Le problème c'est que nous devons effectivement le comptabiliser au niveau du résultat net...

Boursier.com : Votre stratégie d'internationalisation, avec des implantations au Maroc et au Mexique, résultait aussi en partie de l'Euro fort... Sa baisse peut-elle remettre en cause cette stratégie ?

J-C.M. : Pas du tout... Nous démarrons le Mexique en fin d'année et le Maroc dès septembre. En 2025, je pense que nous aurons une répartition s'affichant comme ceci : 20% de la production réalisée en zone Dollar, 20% dans les pays à bas coûts, 20% dans les filiales proches du donneurs d'ordre et 40% à Figeac.

Boursier.com : Auprès de quels avionneurs êtes-vous le plus exposés ?

J-C. M. : Airbus pèse 15% de notre chiffre d'affaires en direct, mais ajouté à la part Airbus de Stelia Aerospace, nous travaillons pour un peu plus de 50% de notre chiffre d'affaires pour Airbus... En revanche, nous ne sommes pas présents chez Airbus Hélicoptère et nous ne travaillons pas en direct avec Boeing. J'espère que cela évoluera à l'avenir...

Boursier.com : Faut-il vous attendre à nouveau sur des acquisitions dans les prochains mois ?

J-C.M. : Bien sûr... A la fois un positionnement sur une niche technologique et des implantations géographiques pourraient motiver une acquisition. Nous disposons d'une Trésorerie suffisante pour nous développer. Mais nous n'excluons pas la possibilité de faire appel au marché...

Boursier.com : La place de Figeac Aéro n'est-elle pas désormais sur Eurolist et non plus sur Alternext ?

J-C.M. : Je pense effectivement qu'Alternext ne suffit plus à Figeac Aéro... Notre ambition est de passer sur Eurolist. Mais ce n'est pas d'actualité dans l'immédiat...

Boursier.com : Etes-vous prêt à ouvrir un peu plus le capital de la société et donc à diminuer votre participation ?

J-C.M. : Sans doute...

©2015-2020,