Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 18/09/2020 à 17h35

Biocorp -1,38% 28,600€

  • ALCOR - FR0012788065
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes
Jacques Gardette, Président-fondateur de Biocorp

Jacques Gardette Président-fondateur de Biocorp

Un septuplement du chiffre d'affaires d'ici trois ans !
Jacques Gardette, Président-fondateur de Biocorp

Boursier.com : Expliquez-nous le Business Model de Biocorp que vous dirigez et en lice pour s'introduire en Bourse de Paris...

J.G. : Biocorp oeuvre depuis plus de 10 ans dans le domaine des produits homologués pour pouvoir supporter l'injection d'un produit. Nous travaillons dans le domaine des seringues, des flacons, des carpules, pour les laboratoires pharmaceutiques de manière à faciliter la dispensation d'un médicament ou la reconstitution d'un médicament lyophilisé. Nous sommes très orientés R&D et oeuvrons dans la découverte de nouveaux systèmes que nous brevetons et que nous conservons en portefeuille, que nous fabriquons. Nous vendons ensuite une licence de distribution à un laboratoire ou un verrier.

Boursier.com : Qui sont vos acheteurs potentiels ?

J.G. : Les acheteurs sont les fournisseurs de premier rang de l'industrie pharmaceutique, essentiellement des verriers qui intègrent nos systèmes dans leurs produits, seringues par exemple... Par ailleurs, nous avons acquis il y a deux ans une structure réalisant des logiciels cryptés et sommes entrés sur le marché des objets connectés permettant de centraliser de l'information et de la faire remonter, par exemple dans le domaine du diabète. Grâce au cryptage, l'information ne peut être utilisée que par l'utilisateur final du produit. Dans ce cadre des produits connectés, nos clients potentiels sont les "big pharmas".

Boursier.com : Quel montant souhaitez-vous levez lors de l'introduction et pour quel emploi ?

J.G. : 8 Millions d'Euros, pour continuer le développement. 1/3 du montant sera consacré à l'innovation, dépôt de brevets et accompagnement. Pour le reste, nous voulons développer une structure commerciale aux Etats-Unis et en Asie. Les capacités industrielles devront aussi être soutenues suite aux contrats signés auprès d'OMPI et de NIPRO et l'usine d'Issoire devra être agrandie pour doubler la surface du site.

Boursier.com : Donnez-vous des objectifs financiers chiffrés aux investisseurs à l'occasion de cette introduction ?

J.G. : Les contrats signés dans les produits non connectés nous garantissent des montants minimums. Sur cette base-là, il est possible d'anticiper un septuplement du chiffre d'affaires d'ici trois ans. En outre, nous discutons pour signer de premiers contrats dans le domaine des produits connectés. Depuis quatre ans, nous avons beaucoup investi pour disposer d'un portefeuille de produits brevetés et l'heure désormais au décollage commercial.

Boursier.com : Quelle est la situation de Trésorerie de la société avant l'introduction ?

J.G. : Chaque année, j'opère un abandon des comptes courants, ce qui permet à la société d'être étale en termes de résultats depuis deux ans, avec un peu plus de 2 ME par an pour développer les brevets. Ce sera le cas aussi en 2015.

©2015-2020,