Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 01/12/2020 à 11h28

CS Group (ex-CS - Communication et Systemes) -0,27% 3,630€

Interview d'Eric Blanc Garin, Directeur Général de CS

Interview d'Eric Blanc Garin Directeur Général de CS

Un rapprochement avec un autre acteur serait également l'occasion d'effectuer des synergies dans le domaine des infrastructures et donc de doper la marge
Interview d'Eric Blanc Garin, Directeur Général de CS

Boursier.com : Quelle est la répartition de vos activités ?

E.B-G. : Nous réalisons 25% de nos ventes dans le domaine militaire, 15% dans l'aéronautique civile, 15% dans l'énergie, les utilities ou l'industrie et 15% dans le secteur public.

Boursier.com : Pouvez-vous citer vos principaux clients ?

E.B-G. : Il s'agit du Ministère de la Défense, du CEA, d'EADS, du CNES et de EDF.

Boursier.com : Etes-vous inquiets des difficultés rencontrées actuellement chez Airbus ?

E.B-G. : Non, car nos activités se situent en amont sur la partie Recherche et Développement... Les nouveaux programmes comme celui de l'A350 génèrent ainsi de l'activité pour des sociétés comme la nôtre.

Boursier.com : Ressentez-vous une pression sur les prix ?

E.B-G. : Nous ne ressentons pas ce phénomène de manière aussi cruciale que pour une SSII... Nous gérons néanmoins ce problème grâce à la réutilisation de nos 'process' et au développement d'une offre offshore.

Boursier.com : Quels sont vos points forts ?

E.B-G. : Nous sommes leader français dans les systèmes de contrôle aérien ou numéro 3 mondial dans les systèmes de transport intelligent.

Boursier.com : Quels commentaires vous inspire le premier semestre ?

E.B-G. : Le chiffres sont globalement en ligne avec le plan de marche. La croissance est régulière sur l'activité Build avec également une amélioration de la rentabilité... En ce qui concerne le Run, nous avons atteint l'objectif qui consistait à enrayer la décroissance et nous avons réduit significativement le niveau de pertes. Les prises de commandes sont supérieures au chiffre d'affaires et la part de l'international progresse.

Boursier.com : Comment comptez-vous améliorer la rentabilité ?

E.B-G. : Cette amélioration va provenir du déploiement d'ITIL qui correspond à une norme d'exploitation du système d'information. Cet élément améliore la productivité et la qualité. Nous avons également initié un gros travail de mutualisation de nos plate-formes. Enfin, la croissance des ventes va permettre de mieux absorber les charges fixes.

Boursier.com : Qu'attendez-vous au titre de l'ensemble de l'exercice 2006 ?

E.B-G. : Le chiffre d'affaires devrait ressortir globalement conforme à celui de 2005, tandis que la marge opérationnelle devrait progresser d'un point. Les activités Run devraient encore afficher des pertes sur le second semestre mais l'équilibre est attendu sur le premier semestre 2007.

Boursier.com : Comment allez vous dynamiser la croissance ?

E.B-G. : Nous avons mis l'accent sur l'international, nous comptons accroître la part des activités en régie dans la composition de nos ventes et nous allons avoir un pilotage plus dynamique alors que la demande demeure bien orientée.

Boursier.com : Quel est votre objectif de rentabilité sur le moyen terme ?

E.B-G. : Sur le moyen terme, nous visons 8% de marge opérationnelle sur le Build et 6% sur le Run. Globalement, la marge opérationnelle de CS devrait donc atteindre 7% d'ici 3 ans.

Boursier.com : Peut-on s'attendre à un rapprochement de CS avec un autre acteur ?

E.B-G. : Nous réalisons de l'ordre de 350 Millions d'Euros de ventes annuelles alors que notre savoir-faire nous permet d'adresser des contrats de taille importante. Une surface plus importante permettrait de mieux rassurer nos clients. Un rapprochement avec un autre acteur serait également l'occasion d'effectuer des synergies dans le domaine des infrastructures et donc de doper la marge. Notre actionnaire de référence, Sava, est d'ailleurs prêt à se faire 'diluer'.

Boursier.com : Qui sont les actionnaires de Sava ?

E.B-G. : Il s'agit de M. Sabeg à hauteur de 75% et de moi-même pour le solde.

Boursier.com : Quelle serait la forme privilégiée pour cette opération ?
E.B-G. : Une fusion constitue l'option privilégiée... Cette opération de rapprochement pourrait s'opérer avec un groupe français focalisé sur les infrastructures qui ne serait d'ailleurs pas nécessairement coté.

©2006-2020,